CRD DRIVE Kadimage
La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

29 novembre 2014 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Conjoncture économique : Quelles perspectives pour 2013 ?
Akrame Benallal, Chef de l'année aux Gastronomades • Collecte gratuite des huiles usagées • Centenaire 14-18 : Vitry-le-François, ville hôpital • Le Breuil fête les terroirs et les metiers d’art • Contrat vendange : le débat relancé par le Sénat • Épernay dans la Grande Guerre • CDV : la période des vœux approche... • Reims se met au jazz • La drosophila suzukii au programme de l'AG du GDV Marne • Du champagne et des arts au domaine Larmandier
Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page Recommander cette page

Le dernier numéro

Article publié le 27 février 2013

Parution du mois

Conjoncture économique : Quelles perspectives pour 2013 ?

L’évolution du paysage économique mondial n’est pas sans incidence sur l’économie champenoise. Ainsi, la crise qui frappe la zone euro et l’enlisement de la croissance française ont un impact sur les ventes de champagne (- 5,3 % en France et - 8,3 % dans l’Union européenne). Parallèlement, le développement d’une classe moyenne et riche dans les pays émergents dynamise les exportations françaises de vin, de spiritueux et de champagne. Dans quel sens va souffler le vent de l’économie mondiale en 2013 ? La note de conjoncture de l’Insee donne quelques perspectives.

Le dernier trimestre 2012 devrait confirmer la morosité économique quasi générale au plan mondial qui a marqué l’année avec, notamment, une contraction de l’activité dans la zone euro (- 0,3 %), au Japon (- 0,2  %), en France (- 0,2  %), et un commerce mondial figé (0  %).

En Europe, les tensions sur les dettes souveraines se sont nettement apaisées grâce à la Banque centrale européenne (BCE), mais beaucoup d’économies nationales sont en panne. Globalement, l’Insee prévoit, pour la zone euro, une stabilisation début 2013 (croissance à zéro au premier trimestre puis 0,1 % au deuxième trimestre) avec, toujours, de grandes disparités entre les États. L’activité rebondirait en Allemagne, la situation se stabiliserait en Italie, mais l’Espagne resterait en récession.

En France, la résistance de la demande devrait permettre à l’activité de progresser à nouveau au premier semestre, mais très modérément (+  0,1  % par trimestre). La consommation des ménages resterait atone, dans le contexte d’une baisse du pouvoir d’achat (ralentissement des salaires et augmentation des prélèvements). Le chômage continuerait à augmenter pour atteindre un taux de 10,9 % à mi-2013. Les exportations seraient impactées par le recul de la demande espagnole et italienne, mais poursuivraient quand même leur progression positive sous l’effet du redémarrage de la demande mondiale et de la dépréciation passée de l’euro.

Et ailleurs ? Le commerce mondial gagnerait en dynamisme. La croissance globale des économies avancées redémarrerait progressivement au premier et au deuxième trimestre (+ 0,2 et + 0,3 %) avec, notamment, une bonne résistance de l’activité aux États-Unis (+ 0,4 et +  0,5 %) et un rebond au Japon (+ 0,3 % par trimestre). L’économie chinoise connaîtrait un regain de dynamisme.

Pour conclure, les premiers mois de 2013 devraient etre marqués par une légère reprise de croissance dans les économies développées et un rebond du commerce mondial. Toutefois, le décollage économique ne sera pas rapide et restera soumis à de nombreux aléas.

Par ailleurs, il faut rappeler que les analystes de l’économie revoient régulièrement leurs prévisions. Rien n’est jamais certain dans un monde de plus en plus complexe, mouvant et imprévisible.

Catherine Chamourin

Haut de page