Appel à projets

Les haies anti-dérive fleurissent dans le vignoble

Les haies anti-dérive fleurissent dans le vignoble

Au Mesnil-sur-Oger, les espèces composants la haie ont été validées par l'Agence régionale de santé.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Le Comité Champagne boucle un second appel à projets avant la fin de l’année

Suite au dernier appel à projets de sa commission équipement du vignoble (fin mai 2017), le Comité Champagne a attribué 389 999 € sur les 800 000 € que contenait son enveloppe pour l’année budgétaire. L’interprofession a donc décidé de boucler un second appel à projets avant la fin de l’année. « Tous les projets qui nous parviendront avant le 31 octobre 2017 seront présentés à la prochaine commission du 7 novembre, indique Jean-Paul Angers, ce qui permettra d’être assez proche des 800 000 € de base de l’enveloppe. » Le cadre du Comité Champagne précise que sur les seize projets examinés en mai, douze relevaient de l’aménagement hydraulique des coteaux, trois de l’aménagement paysager et un concernait la construction d’une aire de lavage. Pour la date butoir du 31 octobre, la commission s’attend à voir au maximum six projets sur la table dont deux aménagements hydrauliques des coteaux et trois aires de lavage. Ceux qui ne seront pas prêts à cette date attendront l’année prochaine. A bon entendeur.

Si l’enveloppe semble fondre moins vite que les années précédentes, c’est surtout que depuis le changement de fonctionnement budgétaire du dispositif d’accompagnement de l’équipement du vignoble, le Comité Champagne subventionne uniquement les dossiers administrativement mûrs (cf. numéro 830). Mais le gain de temps et d’efficacité est considérable. « C’était important de le faire dans le sens où dans le passé on a engagé des crédits pour des projets qui n’étaient pas finalisés et pour lesquels on est aujourd’hui en situation de forcing pour qu’ils soient réalisés. Cela fait 20 ans que je milite auprès du préfet et du sous-préfet pour les enjoindre à lever les blocages administratifs », raconte Jean-Paul Angers qui tempère aussitôt : « Aujourd’hui les dossiers que nous traitons sont plus matures mais ceux que nous avons défendu par le passé nous ont parfois conduits sur un terrain vraiment politique ». Celui de faire pression sur l’administration Il prend en exemple le dossier d’aménagement hydraulique à Courtemont-Varennes, en attente depuis 2012 : « Si on n’avait pas engagé cet argent pour Courtemont, l’administration aurait pu se dire que la profession ne se sentait pas concernée. On a bien fait de se montrer opiniâtres. Autrement ces dossiers n’auraient jamais abouti. C’était très politique de notre part. »

Pourquoi accompagner l’équipement du vignoble ?

Le Comité Champagne apporte son soutien financier aux projets collectifs d’équipement du vignoble depuis 1960. Travaux d’hydraulique des coteaux, implantation d’aires de lavage des pulvérisateurs ou de stockage des aignes figurent parmi les travaux les plus conséquents et les plus courants. Sur les dix dernières années, l’investissement de l’interprofession se mesure à plus de 15 millions d’euros. Depuis le changement des règles budgétaires et l’orientation vers un appel à projets, l’objectif est donné de mieux prendre en compte les priorités stratégiques que sont la sécurisation des biens et des personnes dans la proximité immédiate du vignoble, la protection de l’environnement, l’adaptation au changement climatique et, enfin, la préservation de l’image du champagne.