Montagne de Reims - Côte des Blancs - Vitryat - Sézannais

Parés pour une belle vendange dans la Marne

Parés pour une belle vendange dans la Marne

A Trépail, Florent Roy garde le moral malgré 25 % de ses parcelles grêlées. La vendange s’annonce belle.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Grêle et pluie… après le gel

Plusieurs centaines d’hectares ont été touchés par la grêle avec plus ou moins de force.

Dans la nuit du lundi 31 juillet au mardi 1er août, la grêle a frappé la Marne, à partir de 23 heures notamment sur les secteurs de Villevenard, Congy, Talus-Saint-Prix, Etoges, Trépail, Villers-Marnery, Hermonville, Le Mesnil-sur-Oger… Sur Avize et Oger, juste avant la grêle et en 10 minutes, 35 mm de pluie sont même tombés, l’orage déclenchant un torrent boueux et caillouteux…

Sur toute l’appellation (dont quelques secteurs de la Côte des Bar) plusieurs centaines d’hectares ont été touchés par la grêle avec plus ou moins de force. L’estimation du Comité Champagne chiffre 0,5 % de surface détruite à 100 % (soit un cumul total d’environ 160 ha). « Avec des dégâts principalement localisés sur une face, variables selon l’épaisseur du feuillage (enherbement, vigueur, rognage) et l’orientation des rangs », précise Arnaud Descôtes, directeur technique et environnement au Comité Champagne.

A ces chiffres s’ajoutent ceux du gel d’avril 2017, qui a fortement touché la Champagne, détruisant en moyenne 20 à 25 % des bourgeons avec des températures qui descendaient jusque moins 5 degrés (voire plus, moins 6,5 degrés sur Sillery par exemple).