Avenay-Val-d’Or

Des champagnes charpentés et une eau miraculeuse

Des champagnes charpentés et une eau miraculeuse

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Une histoire de fous

La plus connue des légendes d’Avenay-Val-d’Or est celle de sainte Berthe qui remonte au VIIe siècle. Sainte Berthe était la fille d’un comte du palais sous Clovis, roi de France. Elle serait née d’un très noble sang dans la région d’Antibes où l’on peut encore se procurer le vin rosé en bouteille à l’étiquette « Les larmes de Sainte-Berthe ».
Sainte Berthe, ayant entendu parler des bienfaits prodigués par le moine irlandais saint Trésain venu évangéliser la vallée de la Marne et enterré à Avenay-Val-d’Or, y fut guidée par un ange pour fonder sa célèbre abbaye royale financée par Clovis. Aujourd’hui cette abbaye a totalement disparu. A la place fut érigée l’église Saint-Trésain dès le XIIe siècle.
Sainte Berthe passait ses journées dans le recueillement des prières et à garder les moutons dont elle travaillait la laine comme la tradition le voulait. Le village, à l’époque, manquait cruellement d’eau et, de son pouvoir miraculeux, elle fit jaillir une source et un cours d’eau s’ensuivit en creusant son lit au fur et à mesure qu’elle avançait en filant sa quenouille. Le village fut alors protégé de la sécheresse pour l’éternité ! Le ruisseau fut cédé aux habitants moyennant le paiement d’une livre d’argent. C’est pour cette raison qu’il fut appelé La Livre.
L’eau de la source et du ruisseau d’Avenay, fruit d’un miracle, avait des vertus exceptionnelles. Elle était censée guérir de la folie celles et ceux qui en buvaient. C’est pourquoi de nombreux pèlerinages accueillant des milliers de personnes venues des quatre coins de la France et même au-delà étaient organisés chaque année. Le comte de Flandre Baudouin est lui-même venu se faire soigner de sa démence lors de l’hiver 1284 (une plaque commémorative sur l’ancien hôtel Dieu devenu vendangeoir de la maison Mumm y figure encore). Un autre grand pouvoir de cette eau était de refuser de bouillir ou de cuire tout aliment issu d’un vol. Quelle déconvenue pour les malfaiteurs !
Les reliques de sainte Berthe et de son mari saint Gombert ainsi que de saint Trésain reposent dans l’église du village, un joyau de l’art gothique du XIIe et XIIIe classé monument historique.

(Sources : Mairie d’Avenay Val d’Or)