Biodiversité

Le fruit « défendu » dans les vignes des Riceys

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Des pommes enracinées dans le terroir

Actuellement, Eric Dumont partage son temps entre les vergers du Trianon à Versailles et les plantations destinées à orner le siège réaménagé de la coopérative Marquis de Pomereuil, aux Riceys. Il a trouvé quelques minutes pour accompagner ici les promoteurs d’une action qui a du sens à ses yeux. Car les familles de Wener, Horiot et de Taisne ont été soucieuses de planter au pied d’un coteau Tronchois bien exposé (favorable aux pinots noirs donnant naissance au rosé des Riceys) des pommiers enracinés depuis longtemps dans le terroir aubois et champenois. « Nous avons fait le choix de variétés de pommes à couteaux, adaptées à la région, comme l’Auberive (assez répandue en Haute-Marne et dans l’Aube), très rustique à la chair parfumée. Ou encore la pomme de Fralignes, très douce, qui doit son nom à une commune auboise. Sans oublier la Cramoisie de Croncels, créée par mon père à Troyes. Nous n’avions plus en disponibilité l’emblématique Transparente de Croncels obtenue quant à elle par mon arrière-grand-père, Charles Baltet, mais j’espère pouvoir venir la planter une autre fois entre une Jolibois et une Reinette de Champagne », suggère-t-il. Sommité dans le domaine de l’arboriculture, l’illustre aïeul d’Eric Dumont s’est fortement impliqué dans le domaine viticole en son temps. « Avec d’autres experts et scientifiques de l’époque, Charles Baltet a participé à la recherche de solutions pour le renouveau du vignoble français après le désastre provoqué par le phylloxéra », rappelle le pépiniériste.