Espagne

Cava : la Catalogne contre le reste de l’Espagne

Cava : la Catalogne contre le reste de l’Espagne

Jeune vigne plantée dans la province de Badajoz, en Estrémadure.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Jordi Melendo : « Le panorama actuel n’est pas bon, mais il y aura toujours de la place pour les producteurs attachés à la qualité des vins »

Ambassadeur du champagne pour l’Espagne en 2011, Jordi Melendo est l’auteur de l’ouvrage de référence sur les vins de Champagne, El Guia Melendo. Installé à Barcelone, il a commencé sa carrière d’auteur sur le vin en s’intéressant au cava alors qu’il n’avait que 17 ans ! Sa première visite en Champagne, sa découverte des terroirs champenois, l’ont définitivement converti !

Jordi, comment définir l’économie contemporaine du cava ?
C’est relativement simple, dans le sens où l’on trouve d’un côté des bouteilles vendues 1,20€ dans les grandes surfaces, et de l’autre des vins qualitatifs, vendus plus chers dans des circuits plus traditionnels : à la propriété, chez les cavistes spécialisés. Le marché est cependant très déséquilibré : on compte environ 300 producteurs, mais 90 % de la production est concentrée dans les mains des très grands groupes.

Comment voyez-vous le récent conflit parmi les producteurs de cava ?
Si on résume, ceux de Valence voudraient planter plus de vignes pour le cava, et les Catalans s’y opposent, parce qu’ils redoutent une nouvelle baisse des prix. Il faut savoir que pour les vins que l’on trouve à prix modique dans la grande distribution, le kilo de raisin est payé 30 à 40 centimes au producteur…

Et tout cela intervient dans le cadre politique difficile que connaît l’Espagne…
Pour les producteurs de cavas catalans, le principal problème est celui-ci : le procès des dirigeants indépendantistes a entraîné un boycott important, pas seulement pour le cava, mais pour les produits catalans en général, dans le reste de l’Espagne. Le panorama actuel n’est donc pas très bon, mais les producteurs qui travaillent bien, qui élaborent des vins de qualité, réussiront toujours.

Articles récents