Maxime et Cyrielle, frère et soeur

Ils dynamisent en chœur le Champagne Binon-Coquard

Ils dynamisent en chœur le Champagne Binon-Coquard

©Ph Schilde_Agence Info

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Maxime veut appréhender la Champagne dans sa globalité

Maxime est l’un des administrateurs aubois du SGV.

Maxime, qui a très vite opté pour la viticulture raisonnée et durable, a obtenu la certification Terra Vitis en 2012. « Nos parents avaient déjà initié des choses avec l’appui du GDV. Nous avons suivi les évolutions en prenant soin de faire certifier la vigne autant que le vin », souligne ce garçon ayant le sens de l’engagement dans la continuité. A 16 ans, il était déjà membre du comité des fêtes de sa localité. Il n’a lâché l’association que onze ans plus tard. Entre temps, il a intégré le Groupe des Jeunes du Syndicat, incité à s’investir dans le collectif champenois par Joël Falmet. « J’y ai beaucoup appris en douze ans d’activité, notamment à l’occasion de nos voyages dans les vignobles. A la Saint-Vincent 2014 cette fois, c’est Michel Drappier qui m’a sollicité pour passer au syndicat aîné. Je viens d’y être réélu pour deux ans », annonce celui est devenu l’un des administrateurs aubois du SGV. « Cette responsabilité peut être chronophage quand on est situé dans la Côte des Bar, loin d’Epernay, mais elle est importante à mes yeux. Je crois qu’il faut sortir la tête de son exploitation pour être capable d’appréhender la Champagne, ses contraintes et ses réussites, dans la globalité », insiste-t-il. Quand il lui reste quelques trous dans son emploi du temps, ce passionné de golf file se détendre sur les greens.

Le 1er juillet, une journée sous le signe de l’œnotourisme

Chaque année, la maison Binon-Coquard organise une journée portes ouvertes qui a lieu en décembre. La clientèle a pris l’habitude de ce rendez-vous apprécié. Maxime et Cyrielle ont réfléchi à l’émergence d’un nouvel événement sur leur exploitation, estival celui-là. Tout aussi convivial, il se déroulera pour la première fois le dimanche 1er juillet prochain et aura un caractère œnotouristique marqué. « Nous proposerons une découverte de nos vignes et de nos caves avant de passer à table, à la salle des fêtes de Spoy, pour un repas œnologico-gastronomique. Avec un traiteur, nous travaillons sur les accords champagnes-mets pour que ce déjeuner soit un moment d’exception pour les participants », révèlent-ils, en préparant le flyer destiné à communiquer sur ce temps fort. Il en appellera d’autres…