Champagne Bertrand-Delespierre

Clémence et Adrien, sœur et frère alliés

Clémence et Adrien, sœur et frère alliés

La famille aime à le souligner : "A Chamery, dynamisme ambiant et élan en faveur des pratiques durables sont réels. L’enherbement des vignes est quasi total, beaucoup de vignerons sont déjà certifiés ou en cours de certification HVE et viticulture durable."

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

De l’Enfant de la Montagne aux Terres Amoureuses

Portrait du Champagne Delespierre a Chamery avec Clemence la fille Adrien le fils et les parents.

« Il fallait que nos clients appréhendent mieux notre gamme, ils étaient un peu perdus devant nos nombreuses cuvées, qui se déclinent désormais en trois ambiances », explique Clémence. Tout d’abord trois « classiques » : brut, brut rosé d’assemblage et millésime trois cépages (uniquement les meilleures années, le succulent 2008 actuellement puis viendra le 2012). Parmi ces cuvées nées pour les apéritifs et autres plaisirs au débotté comme à table, découvrez l’Enfant de la Montagne brut. Pourquoi ce nom ? « Car c’est une cuvée d’assemblage de nos quatre crus travaillés, Chamery, Ecueil, Villedommange et Montbré. » Villages de la Montagne de Reims bien sûr, qui présentent désormais cet enfant. Après les classiques, la nouvelle gamme Terres Amoureuses propose des monocépages souvent millésimés (actuellement les rosé de saignée 2012, chardonnay 2011 et blanc de noirs base 2013). Pourquoi Terres Amoureuses ? « En hommage à ces parcelles que nous aimons, dont la boue colle bien aux bottes et qui nous donnent de si beaux raisins. On se dit qu’elles nous rendent tout le soin qu’on leur donne. » Enfin, des cuvées d’exception à forte vocation gastronomique finalisent la gamme : Elixir Dix Vins et Origines Croisées, sélection des meilleures parcelles ou issues d’un long vieillissement.

« Un vrai travail d’équipe »

La nouvelle gamme s’est construite en famille, enfants et parents concernés, en positivant, avec le recul expérimenté des aînés et les idées modernes de la nouvelle génération. Il en va d’ailleurs de la nouvelle gamme comme de l’activité vigneronne : « Tout le monde va aux vignes, tout le monde bosse en cave, c’est un vrai travail d’équipe », savoure Clémence. Une cuvée fait déjà un carton : Origines Croisées 2011. Assemblage 50 % chardonnay (coteaux argilo-calcaires du lieu-dit Les Spectres à Chamery) et 50 % pinot noir (parcelle La Cabane à France à Ecueil, sols plus sablonneux) avec moitié des vins vinifiée et élevée en demi-muids (5 vins en moyenne), moitié vinifiée et élevée en cuve. La famille tient aussi à pérenniser le rosé de saignée (Terres Amoureuses 2012 disponible). 100 % pinot noir, 24 heures de macération. Un travail pointu en sélection de raisins, vinification et élevage, « un rosé moins opulent et vineux que les précédents, plus sur le panier de fruits rouges, la fraîcheur », décrit Adrien.

L’Enfant de la Montagne, assemblage des quatre crus travaillés, Chamery, Ecueil, Villedommange et Montbré.

Assemblage et ADN familial

Fiers d’être artisans-vignerons et de perpétuer l’assemblage effervescent des familles Bertrand et Delespierre, Clémence et Adrien ont redéfini la gamme (nouveaux noms, nouvelles étiquettes). Un petit picto symbolise la maison et laisse place à bien des interprétations. Une pile d’idées devenue symbole, celle d’une vis, du mouvement de rotation du pressoir traditionnel ; celle de trois traits que l’imaginaire définit comme des routes de vignes ou lattes du pressoir en bois, celle de deux branches qui s’entremêlent rappelant la vigne, l’assemblage et l’ADN familial. Car, en y regardant de plus près, on peut même retrouver les deux lettres B et D. Important également, chaque nouvelle bouteilles s’orne d’une contre-étiquette rappelant l’assemblage, le dosage, les années de base et millésimes, avec quelques lignes qui racontent la naissance de la cuvée.

Premier salon à Lyon, premières impressions

Jeunes exposants au salon des Vignerons Indépendants à Lyon, Adrien et Clémence livrent leur ressenti. « Nous avons notamment remarqué que les jeunes sont plus en recherche d’un champagne pour un moment précis, un plat précis. C’est très encourageant pour l’avenir car nous sommes les premiers convaincus que le champagne a toute sa place à table », s’enthousiasme Adrien. Clémence confirme les excellents retours du travail entrepris pour faire entrer les bulles premium Bertrand-Delespierre dans les restaurants gastronomiques et chez les cavistes ; en parallèle de la valorisation des cuvées festives, à l’apéritif, pour le plus grand nombre. Elle pose aussi le doigt sur un autre phénomène constaté à Lyon : « On se rend compte qu’il y a un manque d’éducation sur le champagne, notamment son élaboration. Beaucoup d’amateurs et connaisseurs de vins tranquilles aiment le champagne sans pouvoir toujours dire comment il naît ni quels sont les cépages utilisés. A nous donc d’expliquer, ce que nous faisons volontiers d’autant que le public est très réceptif. » Ce qui est important, poursuit Adrien, c’est bien sûr le produit champagne, « mais aussi le voyage, le cheminement. C’est pourquoi nous sommes également contents de cibler les professionnels, qui sont curieux et posent beaucoup de questions, qui s’intéressent au process, aux étapes qui peuvent paraître anecdotiques, et qui partagent nos valeurs. Mais nous pensons aussi qu’il ne faut pas non plus tout intellectualiser, l’essentiel reste le plaisir final ».