Vélo

Champagne et Tour de France, une longue histoire

Champagne et Tour de France, une longue histoire
Le 29 juillet prochain, le matin du dernier jour de course, quelque part après le départ à Houilles, sur la route des Champs-Elysées, le porteur du maillot jaune du Tour de France trempera ses lèvres dans un verre de champagne, pour satisfaire à la tradition séculaire. Malgré la loi Evin et à l’instar du football, le champagne s’est fait une place, même invisible, dans ce sport si populaire qu’est le cyclisme.

L’information est peu connue, respect de la loi Evin oblige, mais le Tour de France compte bien parmi ses innombrables partenaires commerciaux un nom du champagne. La Coopérative régionale des vins de Champagne (CRVC) champagne Castelnau, si elle n’a pas de place visible dans la caravane publicitaire du Tour, suit l’épreuve aux premières loges depuis 2012. Dans les murs de la rue Gosset à Reims sont même nées il y a quelques années des cuvées aux couleurs des maillots distinctifs du Tour (jaune, vert, blanc à pois rouges et blanc) qui ne se dégustent qu’à l’abri des salons VIP. Et le nom donné à la cuvée de prestige de la coopérative, Hors Catégorie, fait un clin d’œil au Tour et à ses cols les plus difficiles. La première édition, baptisée CT 2115, fait d’ailleurs référence au col du Tourmalet et à son altitude.

Féru de vélo, Pascal Prudhomme, le directeur général de la coopérative rémoise, a même imaginé un Castelnau gentlemen’s cycle club, né en octobre dernier. Un nom, une identité visuelle et une dynamique pour partager des instants inattendus et insolites. Plusieurs invités de marque du monde du cyclisme étaient d’ailleurs présents lors du baptême : les anciens cyclistes Bernard Thévenet et Cédric Vasseur, l’expert des vins et amateur passionné de vélo Thierry Desseauve ou encore Pascal Rivat, ancien médecin du Tour de France.

« Pignon sur roue »

Si la géographie champenoise n’est pas propice aux grandes batailles de cols, on ne compte plus les étapes passées par Reims, Château-Thierry, Troyes, Epernay… La capitale du champagne a été tout récemment ville-départ en 2010, 2012 et 2014 !

Bien avant cette époque contemporaine, le champagne avait « pignon sur roue » sur la grande boucle. Dans les années 30 avant loi Evin, la maison de champagne Mercier était un partenaire affiché du Tour de France, en témoigne la fameuse camionnette rouge qui s’aperçoit de temps en temps sur le parking. A l’époque, elle alignait les kilomètres dans la caravane publicitaire du Tour.
Encore avant, les coureurs ne se cachaient pas et avalaient de temps en temps un petit remontant pétillant. « On a goûté de l’eau de Vittel, ou alors pour finir parfois un petit peu de champagne, pour terminer une épreuve. » Eugène Christophe, dont l’histoire a retenu le nom comme premier porteur du maillot jaune, sur le Tour de France 1919, était un brillant ambassadeur du champagne.

24 janvier 2018 - Tournage Col de Rates avec le nouveau maillot Groupama FDJ -

Trois questions à Marc Madiot

31 janvier 2018 - Conférence de presse de présentation de l'équipe cycliste Groupama FDJ - Pavillon Vendôme - Paris - Marc Madiot

« Le champagne, le vélo et nos partenaires ont un ADN rural commun »
Marc Madiot est le manager de l’équipe professionnelle française numéro un, Groupama-FDJ. Juste avant le départ du Tour de France, il a répondu à nos questions, entre bulles et roues de vélo.

Une coopérative champenoise partenaire du Tour de France, Groupama, assureur mutualiste (300 000 sociétaires en France), sponsor principal de votre équipe cycliste : il y a des liens dans tout cela ?
Oui bien sûr, on se retrouve tous dans les valeurs de la coopération et du mutualisme. D’ailleurs, FDJ et Groupama étaient des enseignes faites pour se rencontrer à un moment donné. Ces deux entreprises sont très fortement présentes dans le monde rural. Le trèfle à quatre feuilles d’un côté, le village et les sillons de l’autre, ça touche un peu les mêmes populations.

Vous y voyez d’abord ce lien avec le tissu rural ?
Vous savez, le vélo, ce sont d’abord et avant tout les villages. Les racines de notre sport sont à la campagne, autour des clochers. C’est là que nous roulons. Ce sont ces paysages que les caméras de télévision montrent pendant le Tour de France. Et avec les coopératives de champagne, cela se rejoint. Ces mondes qui paraissent si éloignés, par leur ADN rural, ont des réflexes de fonctionnement identiques.

Quelle place a le champagne dans les courses cyclistes ?
C’est un moment de festivité. Champagne, c’est synonyme de victoire. A 95 % du temps, quand on gagne une course ou une étape, on ouvre une bouteille de champagne, en France ou ailleurs. La victoire, on la célèbre au champagne.