AG Cogévi - Champagne Collet

La Cogévi affirme ses choix stratégiques

La Cogévi affirme ses choix stratégiques

L'assemblée générale de la Cogévi s'est tenue au Centre des congrès de Reims.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

La Cité du champagne, « un écrin qui rend palpable l’âme de Collet »
La Cogévi – champagne Collet a fait le pari de l’œnotourisme il y a plusieurs années déjà, en mettant sur pied la Cité du champagne, accompagnée de la rénovation de la Villa Collet, puis de l’ouverture du musée des métiers de la vigne, et, enfin, au sein de la Cité, d’une boutique de vente en direct ouverte en 2016.
L’année 2016 a aussi été le passage aux entrées payantes pour la Cité du champagne. « Habituellement, ce passage au payant s’accompagne d’un tassement des visites, indique Arthur Carpentier, le directeur de la Cité du champagne, et cela n’a pas du tout été le cas chez Collet, c’est même le contraire. » Un nombre de visiteurs en hausse, malgré le contexte national touristique à la peine depuis 2015 et les différents attentats qui ont touché Paris et Nice. La Champagne semble moins souffrir que Paris et le développement des activités œnotouristiques semble clairement attirer du monde.
Côté comptable, 2016 n’est évidemment pas encore l’année du retour sur investissement, c’est beaucoup trop tôt, mais cela n’a pas empêché la Cogévi, propriétaire à 100 % de la filiale Cité du champagne, de poursuivre le développement : les touristes peuvent acheter des billets sur des sites classiques de vente en ligne comme fnac.com, une application pour smartphones, dédiée à la Cité, a été lancée, et une nouvelle identité visuelle (la Champagne autrement) a vu le jour. Pour Olivier Charriaud, directeur général du champagne Collet, cette nouvelle baseline est la traduction de « l’ère post-marketing dans laquelle nous somme entrés ; le bling bling, c’est fini, la communication sur le produit seul ne peut plus suffire, nous devons proposer une expérience aux consommateurs ».
« La Cité du champagne, c’est un écrin qui rend palpable l’âme de Collet », poursuit Olivier Charriaud. L’outil a séduit les collectivités territoriales, qui ont abondé à hauteur de presque 900 000€ dans les travaux nécessaires au développement œnotouristique, au fil des années. « Preuve que la Cité n’est pas qu’un outil pour la coopérative, c’est aussi quelque chose qui bénéficie au territoire. »
Et devant l’ouverture à venir, à deux pas, du Pressoir, le centre d’interprétation du champagne porté par la Communauté de communes de la grande vallée de la Marne, pas d’inquiétude, bien au contraire. « Plus il y a de marchands de chaussures dans une rue, plus ces marchands vendent de chaussures », s’enthousiasme Arthur Carpentier.