Oenotourisme 

La dynamique en marche

La dynamique en marche

Les coteaux historiques du vignoble d'Aÿ. (photo Michel Jolyot)

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Franck Leroy : « Ce qui compte c’est la qualité et la continuité« 

Pour développer l’oenotourisme de qualité et rassembleur, les initiatives marnaises s’organisent, à l’image de ce qui se fait déjà dans l’Aube avec le remarquable événement La Route du Champagne en fête (40 000 personnes accueillies chaque année, prochain rendez-vous les 5 et 6 août 2017 dans la Vallée de la Sarce). Dans la Marne donc, les 30 juin, 1er et 2 juillet, La Champagne en fête mobilisait 15 communes, 150 vignerons et des maisons de Champagne. Rassurons déjà tout le monde : cet événement n’est pas destiné à remplacer les Habits de Lumière de décembre, désormais bien installés dans les traditions et dont on connaît le formidable succès. Le maire d’Epernay, Franck Leroy, le confirme : « Le concept de La Champagne en fête est complètement différent des Habits de lumière qui mobilisent essentiellement dans l’avenue de Champagne. Nous n’avons pas voulu réserver ce nouvel événement à la seule ville d’Epernay. A l’image de ce qui existe notamment à Bordeaux, nous souhaitons que ce rendez-vous devienne la grande fête de toute la Champagne. L’important étant de viser une manifestation de qualité, pour que petit à petit soit ancré dans l’esprit des gens qu’il existe en Champagne un grand événement populaire, ayant bien sûr vocation à grandir au fil des ans. Nous sommes partis d’un constat : le champagne est le vin de la fête et, paradoxalement, des fêtes en Champagne il n’y en a pas beaucoup ». Dans la Marne en effet, il manquait un événement d’été de large ampleur, La Champagne en fête veut remplir cet objectif. « Ça fait longtemps que nous travaillons sur ce concept, sans pour autant vouloir y aller seul et chercher à dupliquer ce qui existe déjà », poursuit Franck Leroy. C’est pourquoi la première Champagne en fête rassemble des communes et vignerons de la communauté d’agglomération Epernay, Coteaux et Plaine de Champagne (présidée par Franck Leroy) et de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, que préside Dominique Lévêque.

« Il faudra du temps, nous le savons »

« La première édition est toujours la plus difficile à monter et nous savons qu’il faudra du temps pour faire de cet événement un incontournable au niveau national et international, admet Franck Leroy, Les Habits de lumière ont été créés en 2000 et si à l’époque on nous avait dit qu’il y aurait 5000 personnes, nous aurions été les plus heureux du monde. Aujourd’hui, 17 ans après, jusqu’à 45 000 personnes se déplacent ! Ce qui compte c’est la qualité et la continuité, car nos meilleurs ambassadeurs sont ceux qui sont venus la fois d’avant ». Et même s’il y aura des points de satisfaction et d’autres à améliorer, le concept séduit déjà. Franck Leroy confirme que de nouvelles communes et communautés de communes sont intéressées pour s’associer à La Champagne en fête. On voit donc que l’idée de faire quelque chose était déjà dans l’esprit des uns et des autres, mais il fallait une étincelle ! D’autres projets naissent à Epernay, comme le futur musée du Champagne et de l’archéologie régionale (château Perrier).

Outre le côté festif, un autre aspect doit être pris en compte : l’hébergement. A Epernay, les chambres d’hôtes et hôtels privés se sont développés récemment, créés par des maisons et vignerons. « La dynamique est également en marche sur ce plan, confirme Franck Leroy, nous avons même, actuellement, trois nouveaux projets dans l’hôtellerie plus classique, déjà bien avancés sur la ville. Nous pouvons sans difficulté imaginer que dans les deux ou trois prochaines années, l’hébergement hôtelier comptera 150 à 200 chambres supplémentaires, avec des emplois à la clef. En cela aussi, l’inscription sur la liste Patrimoine de l’Unesco aura donné une grande visibilité à la destination Champagne, attirant les investisseurs ».

 

Dominique Lévêque : « Nous entendons travailler avec tous« 

La communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM, 14 villes et villages, 15 600 habitants) que préside Dominique Lévêque, également maire d’Aÿ-Champagne et président du parc naturel régional de la Montagne de Reims, comprend un certain nombre de communes viticoles historiquement célèbres. Dont Hautvillers bien sûr. L’élu a-t-il constaté un boom des projets depuis le classement Unesco ? « La reconnaissance au Patrimoine mondial aura été un encouragement très fort, mais cet élan vers l’oenotourisme existait déjà avant le classement, avec un début de prise de conscience, dès les années 2000, de la nécessité de réfléchir à des initiatives oenotouristiques, pour être au-delà de la vente de ce produit exceptionnel qu’est le champagne ». La communauté qu’il préside est située entre vignes et forêts, avec le parc naturel régional de la Montagne de Reims (20 000 ha). Cette complémentarité est-elle une chance ?  « Même si l’on a des sujets de prédilection, quand on est touriste, on est intéressé par tout, notamment par la qualité des paysages viticoles et forestiers, les forêts exceptionnelles (le parc a été labellisé à ce titre). Le site des faux de Verzy est le bel exemple de cette complémentarité vignes-forêt ».

Projets phares sur le secteur

« Dans le cadre de notre schéma de développement touristique, plusieurs axes sont privilégiés dont l’accueil. C’est pourquoi nous soutenons notamment les projets hôteliers haut de gamme de Mutigny et Champillon », rappelle Dominique Lévêque. Ajoutons à cette dynamique le projet le plus emblématique validé par la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, le futur Centre d’interprétation du champagne. « Ces trois projets sont complémentaires d’autres réalisations et ambitions, comme la Cité du Champagne Collet-Cogevi, le futur musée d’Epernay ou la réflexion engagée à Reims pour la création d’un Centre d’interprétation du champagne. Nous entendons travailler avec tous », ajoute Dominique Lévêque.

Un seul grand événement ou plusieurs rendez-vous annuels ?

Faudrait-il à terme un gros événement annuel régional sur toute l’AOC ? « Cela a existé dans les années 70, avec plusieurs foires au champagne, notamment sur Ambonnay et Vertus, sous l’impulsion du maire d’Ambonnay de l’époque, répond le maire d’Aÿ-Champagne. Mais il était alors difficile de gérer la mobilisation et les moyens financiers. Je suis plutôt favorable à la multiplication d’événements, comme les fêtes Henri IV chez nous, par exemple (30 000 spectateurs en deux jours) qui pourraient s’inscrire dans le dispositif La Champagne en fête. Nous travaillons ainsi en accord avec Franck Leroy et les membres de la communauté d’agglomération Epernay, Coteaux et Plaine de Champagne. C’est cette multiplication d’événements de qualité qui permettra d’animer l’ensemble de la Champagne viticole et surtout à différents moments. Cela doit bien sûr être fait en étroite complémentarité et en intelligence, pour le choix des dates notamment ».
Et des événements, la Champagne n’en manque pas, avec notamment le Séjour des Réconciliations qui gagne en ampleur. « On ne se rencontre pas assez et on ne s’amuse pas assez en Champagne, disait Pierre-Emmanuel Taittinger, président de la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne-Patrimoine Mondial, lorsqu’il présentait l’événement à la presse. Rappelant ainsi qu’il y a encore beaucoup à faire ». Message entendu. Jamais les investissements, initiatives et projets n’auront été si nombreux.