Prévention

Des vignes plus résistantes grâce à la nutrition foliaire

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Une méthode très prisée en Italie

Les vignerons italiens sont depuis longtemps des adeptes de la nutrition foliaire. « J’ai commencé voici 18 ans et les résultats sont très positifs », commente Alberto Bortolano qui a découvert cette méthode grâce aux recherches menées par BSM Micro-Nutrients et le centre d’expérimentation ERSA. « Les vignerons l’utilisent beaucoup dans le Frioul et dans le vignoble du nord-est de Venise. Et elle commence à faire son apparition dans le Chianti et le Barolo. Elle est particulièrement utilisée dans les vignes enherbées, ou chlorosantes et offre une meilleure nutrition aux parcelles atteintes de court-noué. »
En Champagne, la méthode commence à faire quelques adeptes. Vignerons dans la Montagne de Reims, Laurent et Michel Longis viennent de se lancer dans la nutrition foliaire. « Nous l’essayons notamment à Trépail où nous avons observé une carence ferrique sur des vignes dont le feuillage jaunissait. Nous avons appliqué les produits BMS Micro-Nutrients et en 48 heures la plante avait retrouvé toute sa vigueur. »
Olivier Coharde, directeur des vignobles du Château à Mareuil-sur-Aÿ est passé à la nutrition foliaire sur toutes les parcelles enherbées, ce qui représente 75% de la surface du vignoble, de 60 hectares. « En nutrition foliaire l’herbe ne prend pas le pas sur la vigne », remarque-t-il.
Quelques grandes maisons de champagne font aussi des essais sur certaines parcelles afin de s’ouvrir à toutes les techniques et toutes les innovations.