Comment faire rimer œnotourisme et emploi

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Les groupements d’employeurs : une aide à l’emploi

A partir des besoins à temps partiel ou des besoins de personnels saisonniers, le groupement d’employeurs additionne les temps de travail pour constituer un temps plein. Il met ensuite à disposition ce personnel de façon durable dans les entreprises du groupement. Sa création, son fonctionnement, et le statut des salariés font l’objet de dispositions spécifiques regroupées pour l’essentiel dans le code du travail. En France, la création des Groupements d’Employeurs (GE) a été officialisée par la loi du 25 juillet 1985. Ils se sont d’abord développés dans le domaine agricole, car les agriculteurs avaient besoin d’être assistés sur leurs exploitations. Puis la pratique s’est généralisée et a conquis d’autres secteurs d’activité.

Deux avantages :
– C’est une réponse alternative aux besoins de développement des entreprises et des salariés. Le développement des entreprises peut être freiné par la difficulté à trouver la compétence nécessaire sur un territoire donné. Le groupement d’employeurs est alors une solution pour les entreprises partenaires, pour trouver le professionnel pour le temps adapté à la dimension de l’entreprise.
Par exemple, deux entreprises s’associent et l’addition de 2 CDI temps partiel devient un CDI temps plein. La compétence devient alors accessible via le groupement d’employeurs.
– Cela permet de décharger l’entreprise d’une partie des formalités sociales. Le métier du groupement d’employeurs est de gérer pour le compte des entreprises les ressources humaines partagées. Il se charge donc du recrutement, il est l’employeur du personnel, et le met à disposition des entreprises partenaires.
Attention toutefois, les entreprises utilisatrices restent responsables vis-à-vis du salarié, en tant que donneur d’ordre.