Appellations

La Champagne et le Chianti Classico signent un accord de coopération

Les représentants du Consorzio (consortium) Chianti Classico ont rencontré vendredi 16 décembre à Reims leurs homologues du Comité Champagne, dans le cadre du jumelage entre les villes de Reims et de Florence et de la visite dans la cité des sacres du maire florentin Dario Nardella.

Sergio Zingarelli, Dario Nardella, Arnaud Robinet, Jean-Marie Barillère et Maxime Toubart (de gauche à droite).

Déjà partenaires dans le cadre de la Declaration to protect wine place & origin, baptisée Declaration of Napa, les deux organisations ont décidé de s’engager un peu plus loin via cet accord qui instaure un échange régulier d’informations entre les deux appellations.
Sergio Zingarelli, président du Consorzio Chianti Classico a salué la gouvernance champenoise comme « le modèle le meilleur qui soit parmi les appellations viticoles du monde », et, citant Victor Hugo, « le futur est une porte, et le passé est la clé », espéré, que, « ensemble, nous trouvions les clés pour relever les défis du monde de demain ». Sergio Zingarelli a également fait référence au projet de présentation d’un dossier de candidature des paysages du Chianti au Patrimoine mondial de l’UNESCO. « Nous espérons devenir des « collègues » dans ce domaine », a-t-il adressé à la délégation champenoise.
Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne et co-président du Comité Champagne, n’a pas manqué de signaler que la signature de cet accord permettait à nouveau de « remettre en lumière l’inscription de la Champagne sur la Liste du patrimoine mondial » et indiqué que « nous vous aiderons, nous vous expliquerons les démarches nécessaires pour y parvenir ».
Jean-Marie Barillère, président de l’Union des maisons de champagne et co-président de l’interprofession a salué l’idée qu’au-delà « des relations historiques et culturelles entre Reims et Florence, entre la Champagne et la Toscane, cet accord apportait une dimension économique souhaitable ». Jean-Marie Barillère voit dans cette coopération une contribution à la défense des appellations européennes : « Nous travaillerons ensemble, nous irons notamment ensemble à Bruxelles pour montrer les réalités de nos deux grandes appellations. »

« Le champagne accompagne les moments magiques de la vie. Les miens aussi ! »
Dario Nardella, maire de Florence

Pour le maire de Florence, Dario Nardella, cette association entre la Champagne et le Chianti Classico – « parce que si nous sommes pour l’innovation et la modernité, quand nous parlons de Chianti, nous devons parler de Chianti Classico », a-t-il souri – illustre « l’amitié entre Reims et Florence, entre la France et l’Italie ». Intronisé à l’occasion de ce déplacement dans la confrérie de l’Ordre des coteaux de Champagne, Dario Nardella a été élu maire de Florence la même année que son homologue de Reims, Arnaud Robinet. « Nous sommes sensiblement du même âge et partageons de nombreux point communs », a évoqué le maire de Reims, qui a également salué l’accord de coopération signé entre les deux organisations viticoles.

 

 

Chianti Classico, une appellation viticole et oléagineuse
L’AOP Chianti Classico reconnaît à la fois un vin et une huile extra-vierge d’olive. Pour le vin, Chianti Classico (7 000 hectares) apparaît comme le cœur de la plus large appellation Chianti (24 000 ha). L’amalgame entre les deux appellations a d’ailleurs porté préjudice au Chianti Classico, qui n’a rien à voir avec les chianti légers qui inondent le marché mais qui sont également classés DOGC.
La reconnaissance du Chianti Classico, qui célébrait en 2016 ses 300 ans, est la plus ancienne signification d’une aire géographique restrictive dédiée à une production viticole. Un édit datant de 1716 a défini les limites de la zone géographique dans laquelle pouvent être cultivées les vignes et produits les vins de Chianti Classico, préfigurant le concept d’appellation d’origine.

L’un des plus anciens jumelages entre des villes européennes
Signé en 1954, le jumelage entre Reims et Florence figure parmi les plus anciens entre grandes villes en Europe. La venue de Dario Nardella à Reims intervient près de 30 ans après la dernière visite d’un maire de Florence dans la cité des sacres (en 1987). Dario Nardella a succédé à la tête de la cité florentine à Matteo Renzi, président du Conseil italien jusqu’au début du mois de décembre.
Le jumelage avec Florence a été le premier signé par la ville de Reims, avant ceux contractés avec Brazzaville, Canterbury, Salzbourg, Aix-la-Chapelle, Arlington et Kutna Hora.
Les maires de l’époque étaient René Bride pour Reims et Giorgio La Pira pour Florence, qui reste le premier maire en cours de béatification.