Christine et Vincent Scher-Sévillano 

« On ne s’interdit rien ! »

Chez Christine et Vincent Scher-Sévillano, vignerons indépendants à Vincelles, les idées fusent, les investissements suivent. Le couple innove, expérimente, s’interroge et ose avec en constante ligne de mire le respect de l’environnement et l’œnotourisme. Depuis leur arrivée en 2007, le chemin parcouru valorise les huit hectares familiaux et notamment le meunier roi. 

Photo : Sébastien Gsell

Photo : Antoine Taccetti

Chaque rencontre avec Christine et Vincent Scher-Sévillano, vignerons à Vincelles, s’enrichit de découvertes, surprises et bonne humeur. Dernière nouveauté en date : le lancement d’un coteau champenois blanc 100 % meunier et 100 % fût de chêne, nommé L’Indiscrète. Une cuvée qui s’ajoute aux sept autres créées depuis 2007 par ce duo passionné et travailleur. « Certaines sont en toute petite série, précise le couple membre des Vignerons Indépendants, mais c’est très intéressant de montrer le potentiel aromatique de notre terroir de Vincelles. Et évidemment nous avons d’autres envies, tous les ans nous faisons des tests d’assemblages différents, de vins différents mais qui portent toujours notre signature-maison : la rondeur, le fruit et la gourmandise tout en élégance. »
La décision de reprendre les rênes de l’exploitation, mûrement réfléchie, n’avait rien d‘évident. Christine était journaliste à Paris, au départ spécialisée dans les relations internationales en freelance puis embarquée en CDI dans l’aventure du Journal de l’Environnement : « J’ai été embauchée pour mon profil politique et économique, bref pragmatique, et non militant ». Vincent, lui, créait des sites internet et travaillait pour une société de vente de produits culturels (type Amazon) avec notamment la gestion du back office. Du temps aura été nécessaire avant ce choix de rejoindre et gérer le domaine familial en 2007, à l’heure de la retraite bien méritée des parents de Christine, Isabelle et Nicolas.

Défis à relever et potentiel de développement

« Nous avons réfléchi un an sur les avantages et les inconvénients dans notre vie professionnelle mais aussi notre vie personnelle, confirme Christine. Quand on a des carrières professionnelles bien lancées et prometteuses, quand on se fait un nom dans nos métiers, et qu’on repart de presque zéro, c’est un gros challenge. Mais ce qui m’a vraiment motivée c’était d’être entrepreneuse, avoir des défis à relever, reprendre une exploitation déjà bien prospère, mais où il y avait un énorme potentiel de développement. Mon père produisait 45 000 bouteilles ce qui laissait une marge sur les 8 hectares exploités ».
Pas facile de quitter la vie parisienne, la richesse de la vie culturelle, l’anonymat et surtout ses amis. Pas facile de retourner à l’école même pour adultes (BPREA, formations en langues, commerce, dégustation…). Mais leur décision était prise, leur formidable enthousiasme servira une rapide prise en main des aspects viticole, vinicole, commercial et administratif de l’entreprise.

« Libres de nos choix »

christine-et-vincent-photo-ouvertureUne transition en douceur. « Il n’y a pas vraiment eu de tensions avec mes parents car le deal de départ était de quitter nos carrières respectives à la seule condition qu’ils nous laissent libres de nos choix quand nous serions dans l’entreprise. « J’ai dit cette phrase à mon père : Je ne quitte pas mon patron pour que tu sois le mien, raconte Christine. Il a acquiescé et tenu ses engagements par la suite. Cela n’empêche pas qu’il nous donne toujours son avis, même s’il est contraire à ce qu’on décide. Il ne nous a jamais empêchés de rien et à la fin il nous soutient toujours dans tous nos choix ». Le lien reste fort évidement : « Ma mère a arrêté vraiment de travailler, sauf le coup de main indispensable à la cuisine au moment des vendanges et du tirage, sans compter un marché de Noël de temps en temps. Quant à mon père, même s’il a beaucoup ralenti, nous pouvons toujours compter sur lui aux vendanges, pour des livraisons et à quelques étapes clés de la vinification comme la filtration. En fait maintenant c’est un peu moi son patron… Bon ok, quand il a envie », sourit-elle. Soutien, complicité, recul et au final une intelligente passation de pouvoir, car le grand-père Alexis s’était comporté de la même façon quand il avait transmis l’exploitation.

Aller au bout de la démarche qualitative vigneron

Comment s’organise le travail à Vincelles, dans  les huit hectares familiaux composé de  70 % pinot meunier, 15 % pinot noir et 15 % chardonnay situé au cœur de la vallée de la Marne? Toutes les décisions stratégiques se prennent à deux : pratiques environnementales, méthodes de vinification et assemblages, création des cuvées, noms et étiquettes, site internet, prospection en France et à l’étranger… « Après on a chacun des idées, et on les façonne à deux, précise Christine. L’Extra-brut c’est un peu de bébé de Vincent, le 100 % meunier ou le 100 % pinot noir, ce sont les miens ».
Au quotidien, sur la logistique notamment, les tâches sont plus précises. Une fois les assemblages validés en commun, Vincent s’en occupe. Si la décision est prise de tenter le marché chinois, c’est Christine qui part. Et pour certaines missions les rôles sont bien dévolus : ainsi Vincent gère le programme de traitement, Christine s’occupe de la facturation clients.
Il aura fallu en prendre de bonnes décisions, comme réfléchir aux meilleurs investissements, pour que les champagnes Piot-Sévillano pèsent aujourd’hui 60.000 bouteilles par an. Avec encore beaucoup de clients particuliers, mais aussi de plus en plus de professionnels et des marchés à l’export (en hausse, 15 % aujourd’hui). L’objectif reste de développer encore le remarquable travail accompli, de gagner en indépendance, d’aller jusqu’au bout de la démarche qualitative récoltant-manipulant. Voilà ce qui mobilise Christine, Vincent et leur équipe, trois ouvriers viticoles et une assistante arrivée en septembre, qui aidera au développement de l’oenotourisme.


Premier prix spécial Jeunes Talents du Champagne 2016

Le concours des Jeunes Talents du Champagne, co-organisé par Dites-nous tout Production et l’Agence de Développement Touristique de la Marne, offre un coup de projecteur sur des cuvées de terroirs et d’auteurs. En citant Christine et Vincent et pour honorer « leur performance en matière de projets, nouveautés, accueil du public et bulles bien sûr » le jury présidé par Philippe Jamesse (chef sommelier aux Crayères, Reims) a remis aux vignerons le nouveau « prix spécial » des Jeunes Talents du Champagne 2016. Une belle reconnaissance du dynamisme et travail accompli par le couple de Vincelles.

 

Gros investissements et label HVE

« Les premières décisions ont été des investissements, dès 2007. Puisque je ne devais pas reprendre, mes parents n’investissaient plus depuis des années. On a dû s’équiper d’un nouveau tracteur, de gyropalettes en remplacement des vieux pupimatics de mon père  et on a renouvelé presque la moitié de la cuverie », liste Christine. Il a fallu ensuite construire en 2010 un nouveau centre de pressurage, avec un 4000 kilos en remplacement du vieux Vaslin de 2000 kilos. Une nouvelle construction qui a permis d’enterrer une cuve de récupération des eaux de pluie, et de creuser une cave. Dans le même temps naissait une propre aire de lavage de tracteur (attenante au centre de pressurage).
Rapidement, Christine et Vincent ont créé de nouvelles cuvées suite notamment à l’achat de fûts, mais sans toucher aux bulles existantes (excepté une modification des dosages) « par respect pour la génération précédente.

Les insecticides sont proscrits depuis 20 ans et les 8 hectares du domaine sont désormais charrutés.

Les insecticides sont proscrits depuis 20 ans et les 8 hectares du domaine sont désormais charrutés.

Le couple a également travaillé et investi sur deux axes : le développement de l’export (fiches techniques, site internet – 3e version aujourd’hui – formations) et des pratiques plus écologiques (engrais bio uniquement, récupération des eaux de pluie, réduction des phytos, protection de la biodiversité, charrutage des huit hectares qui a nécessité l’achat d’un autre tracteur…) Jusqu’à l’obtention du label HVE. « Et on devrait embrayer sur la biodynamie, annonce Vincent. On a fait appel à des étudiants qui sont en stage sur la question ». Des expérimentations seront ainsi menées sur une parcelle de 22 ares.
A cette longue liste d’actions on peut encore ajouter les modifications concernant la salle de réception, le matériel (flûtes etc.), la devanture et la signalétique. Ou encore l’achat d’une voiture électrique en février 2016 et ce nouveau projet qui fait suite au rachat de l’école du village : l’agrandissement des cuverie, cave et caveau de réception (plus de 100 m2 pour celle-ci).
On vous le disait : quel dynamisme ! Vous voulez en savoir plus, suivez la chaîne YouTube des champagnes Piot-Sévillano, actualisée une à deux fois par mois.

 

Oenotourisme à l’école

Christine est l’une des Ladies Bubbles, trois vigneronnes qui accueillent les touristes sur leurs domaines (photo :Antoine Taccetti)

Christine est l’une des Ladies Bubbles, trois vigneronnes qui accueillent les touristes sur leurs domaines (photo :Antoine Taccetti)

D’ici au printemps 2018, l’école de Vincelles désertée depuis 10 années retrouvera un second souffle dans ce beau village de quelque 300 âmes. Racheté par Christine et Vincent, le bâtiment attenant à leur habitation abritera alors l’espace accueil du domaine, avec salle de réception et de dégustation, bar à champagne, terrasse et vue imprenables sur la si jolie vallée de la Marne… La façade historique sera rénovée et conservée (Christine et sa maman ont foulé les bancs de cette école, le lien est fort), un coin rappellera aux visiteurs qu’ils sont dans une ancienne école et occupera les enfants (bancs, chaises, tableau, craie…) pendant que les grands dégusteront. Une cave sera creusée et pour cet investissement conséquent, les matériaux utilisés seront conformes à l’esprit « nature » des vignerons (mur végétal, utilisation du bois notamment).

Ladies Bubbles…

L’oenotourisme, ce n’est pas nouveau au domaine. Christine est l’une des vigneronnes indépendantes du trio Ladies Bubbles qui propose, avec Stéphanie (champagne Waris-Hubert à Avize) et Mathilde (champagne Bonnevie-Bocart à Billy-le-Grand) la découverte des domaines sur une journée. Une nouvelle formule vient d’ailleurs de naître : l’accueil de groupes acheminés depuis Paris pour une escapade haut de gamme en Champagne (visite de deux domaines, panier gastronomique et du terroir, dégustation de neuf cuvées, transport AR inclus).

 

Investis dans trois associations de vignerons

Les professionnels et grands amateurs de bulles entendent régulièrement parler des champagnes Piot-Sévillano, très présents sur le net également, puisque Christine et Vincent sont membres de deux associations, investies notamment dans la Champagne week d’avril. « Champagne, Terroirs et C… », structure parrainée par le chef triplement étoilé Arnaud Lallement (L’Assiette Champenoise, Tinqueux), regroupe ainsi dix amis vignerons indépendants, unis pour être plus efficaces et gagner des marchés à l’export. On les retrouve ainsi lors d’événements nationaux et internationaux comme les salons Prowein.
Le « Cercle des créateurs de champagnes confidentiels », pour sa part et à travers les vignerons adhérents, a pour but de faire découvrir des champagnes élevés en fût de chêne, dans la richesse et la diversité de leur expression : terroir, cépages, vinification, fût, chauffe…
Enfin, Christine s’investit également au sein des Vignerons indépendants de Champagne (365 adhérents), comme vice-présidente en charge de la communication. L’occasion de rappeler ici l’objectif annoncé en juillet 2016 : doubler, d’ici quatre ans, le nombre d’adhérents certifiés Haute Valeur Environnementale (HVE) et/ou Bio. Ils sont 42 à ce jour.

Onze cuvées et des surprises…

nouvelles-cuvees-piot-sevillanoLes champagnes Piot-Sévillano, lignée de dix générations de vignerons, forment une gamme de onze notes, des champagnes de compositeurs en trois partitions distinctives. Les bulles « Historiques  » (Brut Tradition, Extra brut Tradition, Demi-Sec Tradition et Brut Rosé), « Exceptionnelles » (Brut Nature, Brut Millésime Edition, Brut Prestige et Cuvée Interdite) et « Caractérielles » (Cuvée Rebelle, Cuvée Provocante, Cuvée Impertinente).
Chaque flacon raconte une histoire, les nouveautés interpellent et intriguent ne serait-ce que par leurs noms, la palette gustative est variée et les vignerons promettent encore des surprises (en coteaux champenois notamment mais chut, l’idée doit prendre bouteille…) Christine et Vincent racontent ainsi ce terroir de Vincelles où le meunier reste roi, mais qui restitue aussi de splendides pinot noir et chardonnay. Des bulles qu’ils veulent sur la rondeur, le fruité, la fraîcheur et l’élégance. Et cette capitale notion du plaisir, encore et toujours en ligne de mire.