Saint-Amand-sur-Fion 

Un îlot viticole dans les coteaux du Vitryat

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Eglise : la « Merveille de Saint-Amand »

amand9Saint-Amand-sur-Fion possède quatre moulins et deux vestiges de moulins : le moulin de L’Aître, le moulin de la Folie, le moulin de l’Hôpité, vendu par un seigneur partant pour la troisième croisade aux frères hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1189, le moulin de Ruet, situé près de Coulvany, autrefois propriété des chanoines de Châlons. Détruit à la fin de la Guerre de Cents Ans, il fut rétabli au XVIe siècle puis converti en huilerie, dont l’activité a cessé.
Le village possède encore quelques lavoirs sur quelques propriétés que l’on peut apercevoir des ponts ou des ruelles. La perle du patrimoine est l’église, construite de 1138 à 1147, avec son porche galerie qui ressemble à une partie de cloître, mais qui est appelé localement « le porche ».
Elle conserve une partie romane avec des vestiges d’une tour, avec à l’intérieur, un escalier à vis. Sur ces bases romanes, des ajouts gothiques ont permis l’élévation de toutes les voûtes en ogives et la création d’un grand chœur, éclairés par des vitraux d’une exceptionnelle beauté. La nef a été remaniée en style roman et le chœur gothique est baptisé « La Merveille de Saint-Amand ».
L’édifice a été construit en craie blanche et l’encadrement des fenêtres est en pierre de taille. Les chapiteaux du carré du transept forment des frises qui représentent notamment la vigne et ses prédateurs : le renard, l’escargot, le lièvre, le coq, le loir…