Nouveau dispositif

Stratégie, priorités et rigueur

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Pourquoi l’ancien dispositif ne pouvait plus continuer ?
Dans l’ancien fonctionnement, une réserve était constituée à hauteur d’1,1 million d’euros de moyenne (jusqu’à 1,4 million certaines années), qui était abondée par les cotisations sur les ventes de raisin au kilogramme. Cet ancien dispositif a été retoqué par le ministère des Finances, qui a exprimé que si l’argent n’était pas utilisé dans le courant de l’année suivante, il devait nécessairement partir dans les caisses de l’Etat. La remarque de Bercy a conduit le Comité Champagne à épurer les fonds et à travailler sur un système budgétaire.
L’ancien système octroyait au Comité Champagne une forme de droit de tirage. « La commission se réunissait et acceptait les dossiers au fur et à mesure de leur arrivée, explique Charles Goemaere. Si le dossier était dans les clous de la doctrine du Comité Champagne, il était financé selon les règles déterminées. C’était comme un droit de tirage en quelque sorte permanent sur un budget pré-affecté. »

15 millions d’euros engagés par le Comité Champagne ces dix dernières années
Le Comité Champagne apporte son soutien financier aux projets collectifs d’équipement du vignoble depuis 1960. Travaux d’hydraulique des coteaux, implantation d’aires de lavage des pulvérisateurs et aires de stockage des aignes figurent parmi les travaux les plus conséquents et les plus courants. Entre 2007 et 2016, la commission équipement du vignoble de l’interprofession a ainsi engagé près de 15 millions d’euros pour accompagner ces projets, sur le territoire de plus de 120 communes de l’appellation.
Le soutien financier du Comité Champagne à ces projets joue un effet levier important. « On estime qu’un euro versé par l’interprofession permet 5 euros de financement de travaux, analyse Jean-Paul Angers », des services technique du Comité Champagne. Surtout, pour la plupart des projets, si le concours financier du Comité Champagne n’intervenait pas, les travaux ne débuteraient jamais.
Dans le détail, sur les dix dernières années, 12,35 millions d’euros ont été engagés par le Comité Champagne pour les travaux d’aménagement hydraulique, ce qui a permis la construction de 80 km de voirie béton, 80 km de voirie bitumée et 200 000 m3 de bassins d’orage. Le coût total de ces travaux hydraulique atteint 70 millions d’euros.
Environ 1,8 million d’euros ont été engagés pour les aires collectives de lavage, pour sept aires en service en réceptionnées et six en attente de construction. Une quartaine d’aires de stockage des aignes ont bénéficié, au total, d’environ 250 000 euros de subvention. Le renouvellement des stations météo a déclenché 280 000 euros de soutien, et 15 000 euros ont été versés pour la réalisation de quelques kilomètres de haies.