Printemps des Champagnes

Savoir innover pour durer

Savoir innover pour durer

Convivialité dans L’Impériale de Marie-Antoinette Denois

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Vins clairs et bulles aussi… à Lyon
Si tu ne viens pas en Champagne, la Champagne ira à toi ! Début avril, les vins clairs et bulles de l’association Origines Champagne étaient dégustés à Lyon, chez John Euvrard Sélection (espace de vente de 120 m2 en plein coeur de ville, plus de 400 référence). « Notre journée s’est bien déroulée avec la rencontre de sommeliers, cavistes et agents. John Euvrard a été meilleur ouvrier de France en sommellerie. C’était notre premier évènement en dehors du Printemps des Champagnes », raconte Fabien Grumier. « Nous avons déjà prévu de renouveler l’expérience. Peut-être sur Lyon qui est une belle ville de gastronomie, mais rien n’est décidé ». Nouveauté encore : les dix vignerons d’Origines Champagne accueillaient un invité à Pierry, Bruno Michel, qui devrait ainsi rejoindre le groupe.

 

Près de la cathédrale de Reims
Cette initiative ouvre une fenêtre sur le grand public ! En partenariat avec l’Office de tourisme du grand Reims, la Tonnellerie de Champagne proposait une démonstration près de la cathédrale (montage de tonneaux et chauffes). Puis, dans l’office de tourisme cette fois, les professionnels dégustaient des vins originaux, « expressions d’un grand savoir-faire avec une approche du bois spécifique à chacun », comme le résume Jérôme Viard qui dirige la Tonnellerie. A savoir les champagnes Juillet-Lallement (bois de Verzy) ; Benoît Déhu (chênes de son domaine historique), Paul Launois (single barrels avec six chauffes différentes pour un vin issu de la même parcelle du Mesnil-sur-Oger), Crucifix (bois de la Montagne de Reims, Forêt d’Exception) ainsi que le ratafia Boutillez Marchand, produit en solera.

 

Les soirées off
En marge de cette semaine professionnelle, les soirées off et grand public se positionnent et attirent également. Exemples à Reims, avec les propositions de la boutique Trésors de Champagne (découverte des cuvées Spécial Club des 27 clubmen) ; ou la soirée dégustation du Wine Bar (sur le modèle du Champagne Day, avec quatorze cuvées au menu, en présence de vignerons).

 

La cuvée mystère
Dans les allées, les professionnels découvraient de nouveaux vignerons. Ainsi, l’association Les Mains du Terroir accueille désormais Louis Cheval (champagne Gatinois Aÿ Grand Cru) et Sophie et Pierre Dethune (champagne Dethune à Ambonnay). Une initiative était appréciée sur ce salon convivial et très suivi : chacun des 18 vignerons présentait, à l’aveugle, la cuvée d’un autre membre du club.

 

Pluie de médailles
Pour leur première participation au Printemps des Champagnes, les douze vignerons de l’association Secraie investissaient le Pavillon CG de Reims. Ils valorisaient leur travail dans le Sézannais, leurs cuvées et les nouvelles médailles obtenues cette année. Un atout qui facilite la prise de contact avec des professionnels attentifs à ces distinctions. Citons notamment les prix des Champagnes Marie Copinet (cuvée Blanc de Blancs brut médaillée d’or pour la seconde fois au concours Chardonnay du Monde), Benoît Cocteaux (L’Origine brut nature médaillé d’or au concours général agricole de Paris ou Noir Expression médaillé d’or au concours des Vignerons Indépendants) et Michel Marcoult (Authentique Blanc de Blancs les Macrêts médaillé d’or au concours des Vignerons Indépendants et au concours général agricole de Paris).