Gel

Onze nuits de haute lutte pour sauver la récolte

Onze nuits de haute lutte pour sauver la récolte

La technique par aspersion a permis de protéger 25 hectares cette année. Photo : Champagne Delot

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Le gel a détruit 22 % du vignoble champenois

Les épisodes de gel qui ont touché le vignoble de la Champagne du 19 au 28 avril ont détruit 22 % des bourgeons, selon le dernier décompte des services techniques du Comité Champagne.
Le gel a marqué le vignoble de façon très inégale, selon les coteaux et d’un cépage à un autre, mais ce sont les chardonnays qui ont été les plus impactés. Lors du premier épisode dans la nuit du 19 au 20 avril, les températures sont descendues en moyenne jusqu’à -6°C avec une  minimale de -7,3°C  enregistrée à la station de Chambrecy. Une seconde vague de froid a touché la Champagne dans la nuit du 27 au 28 avril, occasionnant moins de dégâts.
La Montagne de Reims nord et ouest, la Vallée de l’Ardre, la Côte des Bar et le secteur ouest de Château-Thierry ont été les plus impactés par l’épisode de gel.
L’an dernier, une vague de froid survenue les 26 et 27 avril avait anéanti 14 % des surfaces viticoles de la Champagne dont 60 % dans la Côte des Bar, qui a subi une des pires vendanges de son histoire.
En France, l’ensemble des vignobles a été touché, du Jura au Languedoc-Roussillon et notamment dans le Bordelais où l’on redoute une récolte réduite de moitié.