Sézannais

Une tournée pédagogique dans les pressoirs

Une tournée pédagogique dans les pressoirs

Patrick Naudin, sous-préfet d’Epernay (au centre) lors de sa tournée vendange dans les pressoirs de Saudoy

Une visite de plusieurs pressoirs du secteur Congy-Sézanne a favorisé l’échange entre les vignerons et une délégation formée d’élus et d’officiels. Un dialogue constructif sur la qualité de la vendange et le calendrier de la récolte bouleversé par la météo.

A l’initiative de Vincent Léglantier, président de l’Association de valorisation des coteaux du Sézannais (AVCS) c’est dans les pressoirs que plusieurs personnalités étaient invitées à constater la qualité des vendanges dans ce secteur de l’appellation. Patrick Naudin, sous-préfet d’Epernay et Vincent Perrin, directeur du Comité Champagne, faisaient notamment partie de la délégation qui s’est rendue à Saudoy puis à Barbonne-Fayel où les avis étaient assez partagés sur la date de démarrage de la récolte, l’épisode inattendu de trois jours de canicule, les degrés, l’acidité. « J’ai rarement vu des chardonnay à 11,5 degrés. Certains ont même dépassé les 12 », constatait Vincent Léglantier selon lequel les trois journées de forte chaleur, avec un mercure à 35 degrés, ont bouleversé le calendrier de la cueillette et la qualité de la récolte. « Nous avons trop tardé à commencer », a-t-il déploré tout en se réjouissant que le secteur Congy-Sézanne ait échappé à la grêle qui a durement frappé d’autres régions de l’appellation. « Nous n’avons pas le droit de nous plaindre », a souligné le président de la section locale du SGV de Saudoy, rejoint en cela par d’autres vignerons du secteur. « Les chardonnays manquent un peu d’acidité. Cela va être compliqué de faire un millésime », ajoute Gilles Léglantier, son cousin.
Au champagne Vignier, qui s’est équipé d’un pressoir de 6000 kg, même son de cloche sur les degrés et la maturité des raisins. « Mais je préfère tout de même rentrer des marcs à 12 degrés que de me retrouver avec des parcelles gelées ou grêlées. » La dégustation du jus de raisin à la sortie du pressoir était significative. L’ensemble de la délégation s’est montré surpris par la sucrosité de la boisson. « Les raisins pourraient même faire d’excellentes tartes »,  lâche un élu du canton avec le sourire.
A Barbonne-Fayel, Christophe Richomme nuance : « Les chardonnays sont satisfaisants et les pinots noirs sont au top », explique le vigneron qui fait de la prestation pour d’importantes maisons de négoce. Sur les dates des vendanges, Christophe Richomme se montre prudent aussi : « C’est toujours aléatoire, on ne pouvait pas couper le meunier plus tôt. »

Des rendements satisfaisants

Du côté des officiels les observations sont parfois plus tranchées. « J’ai été surpris que nous manquions de vendangeurs au début de la récolte. En outre il y a peut-être encore des efforts à réaliser en matière de tri de la récolte. Ce n’est pas encore dans la culture des Champenois alors que c’est l’excellence du champagne qui est en jeu », souligne le représentant de l’Etat qui connaît bien le monde viticole pour avoir été en poste dans la région de Sancerre et de Pouilly, « des appellations où le tri a la cueillette est rigoureux », selon lui.
Pour avoir sillonné une grande partie de l’appellation, Vincent Perrin, directeur général du Comité Champagne a une vision globale. « Il y a des hauts et des bas. Les dégradations climatiques de la fin du mois d’août ont bouleversé la donne. Mais cette récolte présente de beaux degrés avec des rendements satisfaisants et un bon équilibre entre l’acidité et le sucre. » Vincent Perrin s’est également félicité de cette tournée dans les pressoirs du Sézannais. « La stratégie de Vincent Léglantier est un bel exemple. La propriété doit se développer pour valoriser le terroir. D’autant que ce secteur est proche de l’Ile-de-France et attirent des touristes. »
Vincent Léglantier confirme : « Nous allons organiser un grand événement à la mi-novembre à la coopérative Le Brun de Neuville, à Bethon. L’association va présenter les trois noms, les trois logos et les trois slogans imaginés pour notre secteur. Tous les habitants pourront exprimer leurs préférences. » Les noms qui auront obtenu le plus de suffrages seront dévoilés à la fin janvier 2018, lors d’une grande soirée de gala, au Prétoire, à Sézanne.