Champagnes et fêtes de fin d’année

Quelles tendances d’achat chez les cavistes ?

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Caves Guyot : « Un gros travail de positionnement à faire »

Patrick Tayol-Guyot, PDG des caves Guyot. Photo Fabrice Ferrer

Avec sept caves dont six en France et une grosse implantation en Rhône-Alpes, les Caves Guyot rayonnent dans le monde du vin et font aussi rayonner le champagne : 50 000 bouteilles vendues en 2016 (premier prix à 20,90 euros). Sur les 2500 références, une soixantaine concerne les champagnes de maisons mais aussi de vignerons, en hausse ces dernières années. « C’est notre volonté et c’est aussi une demande de la clientèle, confirme Patrick Tayol-Guyot, président directeur général. C’est notre rôle d’aller chercher des vins originaux et bien positionnés. » Le positionnement, clé du succès selon le professionnel, caviste mais également vigneron-producteur puisque sa famille créa l’entreprise viticole Guyot en 1919. « La Champagne, notamment celle des vignerons, souffre d’un manque de positionnement et de communication avec le public mais aussi les cavistes. Notre choix se porte sur des maisons et élaborateurs impliqués, réactifs et qui viennent aussi nous voir régulièrement. L’accueil des vignerons, nos animations et dégustations organisées prennent alors tout leur sens, au bénéfice du client et du produit. L’échange humain est primordial. »

L’apéritif… et le fruit

« La demande de notre clientèle ne porte pas sur les alliances mets-champagnes mais surtout sur des cuvées apéritives et fruitées, parfois identitaires. La thématique vin d’apéritif et consensuel prédomine, plutôt que l’aspect technique dont le consommateur est assez éloigné. » Patrick Tayol-Guyot poursuit : « Nous remarquons que la clientèle délaisse un peu en cours d’année les champagnes au profit des vins blancs tranquilles ou d’autres vins à découvrir, et que les ventes redeviennent importantes avant les fêtes avec la notion de cadeaux. Certaines grandes marques très marketées restent alors des évidences, mais nous pensons que le prix en régulière hausse pourrait à terme devenir un frein. Les ‘petits’ vignerons sont davantage dans l’esprit découverte qui intéresse aussi les gens. Mais il y a assez peu de communication sur le produit champagne, sur la diversité des champagnes dans toute l’appellation. Et puis nous remarquons que les producteurs ciblent principalement l’export. Ça fonctionne d’ailleurs, mais au détriment de la clientèle France qu’il ne faudrait surtout pas négliger. »
http://www.guyot-vins.com/