Lutte contre le court-noué

Sainfoin, priez pour nos vignes

Sainfoin, priez pour nos vignes

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Le retour en force d’une plante oubliée

Il faut produire un hectare de sainfoin pour traiter un hectare de vigne la première année. On en cultive 550 ha en Champagne dont 475 dans le seul département de l’Aube, dans le Périgord et en Bourgogne. Les cultivateurs sont réunis au sein de la coopérative Sainfolia, dont la société Multifolia est le bras armé. Tous deux ont leur siège dans l’Aube, à Viâpres-le-Petit.
Plante longtemps oubliée, le sainfoin connaît un regain d’intérêt depuis une dizaine d’années grâce à l’action d’une agricultrice passionnée, Pascale Gombault, qui a su entraîner derrière elle une équipe de militants convaincus. Cette relance a aussi rencontré un écho favorable dans la communauté scientifique, qui ne se lasse pas de (re)découvrir les vertus d’une plante à laquelle s’intéressent aussi les éleveurs, les apiculteurs et les betteraviers par exemple. Certains n’hésitent pas à parler à propos du sainfoin “d’alicament” ou de “nutricament”. Au point que la Région Grand Est a décidé à son tour de soutenir les recherches sur cette plante.