Mission Unesco – Charte éoliennne

Préserver les paysages de Champagne face à l’envol des éoliennes

Préserver les paysages de Champagne face à l’envol des éoliennes

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

L’éolien offshore, un pari d’avenir pour préserver le vignoble ?

Maire d’Epernay, président d’Epernay Agglo Champagne et membre de la Mission, Franck Leroy est également vice-président de la région Grand Est. Et s’il défend depuis toujours l’inscription des paysages de Champagne à l’Unesco, il voit aussi en l’éolien une façon de lutter contre le réchauffement climatique. « Ce phénomène aura évidemment un impact sur le champagne et ses paysages. Nous avons un patrimoine remarquable à protéger. Il faut, si ce n’est le stopper, maîtriser le développement éolien. Mais nous en avons besoin de toute façon. » Autre carte à jouer, selon lui : l’éolien offshore (en mer). « Même si nous avons pris du retard sur ce dossier. Cette technologie présente des avantages, notamment celui de pouvoir fonctionner 365 jours par an, contrairement à l’éolien terrestre, tributaire du vent. »

Développement des parcs éoliens : ni contre, ni pour…

Très impliqué dans la réalisation de cette charte éolienne, Pascal Férat, vice-président de la Mission et ancien président du SGV, l’a rappelé : « Nous n’avons pas vocation à nous exprimer pour ou contre le développement des parcs éoliens. L’objectif de cette charte, c’est de faire cohabiter l’éolien et notre inscription à l’Unesco, qui nous impose certaines obligations. » Mais les arguments qu’il a ensuite fait valoir ont clairement donné le ton, notamment l’irrégularité de la production éolienne ou encore les subventions d’implantation et les intérêts financiers suscités par l’éolien.