Ratafia, fin de l’omerta

A l’instar du Printemps des champagnes, le ratafia lui aussi, bourgeonne

A l’instar du Printemps des champagnes, le ratafia lui aussi, bourgeonne

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Pour la p’tite histoire

Historiquement, le nom de Ratafia a été donné à la boisson qui célébrait la ratification d’un traité. Il acquiert toutes ses lettres de noblesse en 1815, lors de la signature en Champagne, d’un traité en l’honneur de l’empereur Alexandre 1er de Russie, après la campagne de Russie. Le ratafia bénéficie d’une IGP depuis 2016, 190 vignerons en Champagne sont habilités à en produire. En 2016, ce sont 850 000 bouteilles qui sont sorties alors qu’on estime le potentiel de production à environ 15 millions de cols, soit 6 % de l’AOC Champagne.

Articles récents