L’adaptation du matériel à la vendange

La maie réfrigérée des Pressoirs Coquard « monte en puissance »

La maie réfrigérée des Pressoirs Coquard « monte en puissance »

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Les principaux atouts de la maie réfrigérée

Quand il détaille les avantages procurés sur les chais par le recours à la maie réfrigérée signée Coquard, Jean-Pierre Masset met en avant cinq atouts majeurs à ses yeux :

– le blocage du risque de départ en fermentation pendant et après l’opération de pressage,

– une limitation de l’oxydation des jus,

– une amélioration des conditions de clarification des moûts par un “débourbage à température maîtrisée”,

– une amélioration de la qualité des moûts par un contrôle de la “chaîne du froid” dès la phase de pressurage.

Une étude indépendante valide le concept et l’optimisation de la performance énergétique

Avec un bac en inox réfrigérant destiné à remplacer le bac initial en polyéthylène, la volonté des dirigeants de Coquard était d’obtenir un jus en sortie de pressoir dont la température maximale moyenne se situerait autour de 18 à 20°C. Ils y sont parvenus en créant une maie de grande surface à fond légèrement incliné et à double peau en inox. Entre les deux peaux est inséré un serpentin chargé de transporter un fluide frigorigène, dont la température peut être comprise entre 0 et 10°C, en fonction des besoins de refroidissement du jus réceptionné. « Ce jus forme une sorte de film de faible épaisseur qui s’écoule depuis l’extrémité la plus haute du bac vers la partie basse en parcourant toute la surface refroidie », rappelle Jean-Pierre Masset. Il précise que cette réfrigération est assurée par un petit groupe de froid : « Nous le positionnons sur le pressoir lui-même et il est géré depuis la console du pressoir. Mais il peut éventuellement être déporté, de manière à alimenter plusieurs pressoirs en même temps. De notre point de vue et de l’avis des premiers clients utilisateurs, ce système intégré remplace avantageusement des systèmes plus lourds et plus contraignants que sont les belons de fractionnement réfrigérés et les cuves de débourbage réfrigérées ».

Quand la question de la consommation énergétique du procédé s’est posée, Jean-Pierre Masset a fait plancher sur le sujet un bureau d’études d’ingénierie spécialisé. « Cimes assistance, cabinet indépendant a étudié la performance énergétique de nos maies réfrigérées et a conclu, en mai 2017, qu’il s’agit d’un dispositif ‘très performant du point de vue biochimique, pour une consommation d’énergie infime puisque le coût de refroidissement est inférieur à 0,01€ par bouteille produite (et plus précisément <0,0005€)’ ». Le bureau d’études ressort notamment que le « système de refroidissement dynamique permet un refroidissement très rapide, limitant le temps de fonctionnement du groupe froid. Quant au calorifugeage de la maie développé par Coquard, il garantit la limitation des pertes thermiques ». Enfin, le bureau d’études note que le « système s’adapte à la quantité de raisin pressuré ». L’intégralité de cette étude est accessible depuis le site internet de Pressoirs Coquard.

www.coquardpresses.com