Apport de la main-d’oeuvre étrangère pendant les vendanges

L’exemple polonais

L’exemple polonais

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Rencontre avec Pawel Lyszkowski, chef d’équipe des vendangeurs polonais

Depuis combien de temps travaillez-vous en France ?

Cela fait maintenant 18 ans que je me partage entre la Pologne et la France. Je travaille donc pour deux employeurs ; le premier spécialisé dans la production d’asperges et qui m’emploie cinq mois par an et le deuxième, viticulteur, qui me fait intervenir pendant les vendanges. En Pologne, je travaille cinq mois de l’année comme chauffeur-livreur pour pouvoir rentrer tous les soirs à la maison.

Comment vivez-vous ces missions en France ?

J’en suis satisfait. Chez mon employeur producteur d’asperges, je me sens comme en famille et j’organise mon temps au mieux. Mon employeur me fait entièrement confiance dans les tâches que j’ai à réaliser. Pendant les vendanges, j’apprécie de pouvoir être nourri, blanchi et logé.

Comment conciliez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

Je suis marié et j’ai deux filles. Mon travail en France donne l’opportunité à ma femme de ne pas travailler et de s’occuper des enfants et du quotidien. C’est une qualité de vie très appréciable pour notre famille.

Si vous parlez français, ce n’est pas le cas du reste de votre équipe. Est-ce une difficulté pour la gestion ?

Je ne ressens pas de problème particulier. Tout le monde dans l’équipe se connaît et nous savons faire preuve de solidarité, aide et soutien dès que le besoin se fait sentir.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Pour l’instant je suis jeune et en bonne santé, satisfait des conditions dans lesquelles je travaille. Je continue comme cela sans vraiment me projeter sur du plus long terme.