La vendange des superlatifs

Historique !

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Des fermentations comme sur des roulettes

A raisin formidable, fermentations comme sur des roulettes ! Mis à part quelques carences en azote qui avaient été identifiées et traitées en début de fermentation par les œnologues, les vinifications se sont déroulées sans encombre. Chez Legras & Haas à Chouilly (premiers coups de sécateur les 22 et 23 août sur chardonnays de Vitry et de Montaigu), « les vins me font penser à 2008 dans leur expression d’arômes originaux et gourmands, analyse Jérôme Legras. Et puis cette structure de bouche qui se resserre en fin de FA, c’était typique de 2002. Que des traits communs avec de grands millésimes ! ». Les fermentations se terminent dans le vignoble et les grandes dégustations d’analyse de cuverie commenceront fin septembre.

Quelles leçons pour la suite ?

Ne boudons pas notre plaisir et savourons encore un peu les souvenirs de cette vendange unique. « Cette ambiance de sérénité ne doit pas se transformer en béatitude mais en démarche de progrès, pointe toutefois Véronique Blin, présidente du Centre Vinicole Nicolas Feuillatte. Assurons-nous que nos vignerons n’ont pas la mémoire courte, rappelons les bonnes pratiques afin que la chaîne de qualité soit opérationnelle pour les années à venir. » Vendanges en vert, bon de livraison, ont trouvé en 2018 une année idéale de tests.

Cette année, la récolte extraordinaire a aussi permis de remettre les compteurs à zéro du triste 2017. Chez les producteurs-récoltants comme Champagne Guy Méa (Louvois), des cuvées de cette année se substitueront aux tailles moyennes de l’année dernière.  Mais sur des structures de taille plus importante, la stratégie des VO a joué à grande échelle, le négoce s’étant porté très acquéreur. La Champagne est pleine de 2018 avec, pour conséquences, une tension en disponibilité de cuverie, une activité accrue chez les distillateurs, d’importants tirages à prévoir et un renchérissement de la vendange 2017 par coût de remplacement.

Vers l’aval, 2018 est aussi et enfin un élément de communication exceptionnel, déjà bien relayé par les médias. Sachons en faire usage pour dynamiser les ventes au vignoble !