Prochaine réforme de la PAC

Bernard Farges, président d’EFOW : « Il faut consolider les piliers de notre réussite »

Bernard Farges, président d’EFOW  : « Il faut consolider les piliers de notre réussite »

"Nous souhaitons également renforcer le volet relatif à la politique de qualité."

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Vins sans alcools : « Ne pas ouvrir la boîte de Pandore »

Que pensez-vous de la proposition de créer une catégorie de vins sans alcool ?

Les membres d’EFOW pensent que c’est une aberration. Les boissons sans alcool à base de vin existent sur le marché depuis de nombreuses années. Elles n’ont attendu ni l’OIV, ni l’Union européenne pour être produites et commercialisées. La véritable question qui se pose est celle de l’intérêt qu’il y a à vouloir insérer cette catégorie de boissons dans la future OCM. Nous ne sommes pas dupes, il s’agit bel et bien de permettre à des opérateurs industriels d’avoir accès à des aides à la promotion ou à l’investissement sur le budget agricole.

Or, il faut savoir que les boissons sans alcool à base de vin sont des produits industriels transformés qui nécessitent une aromatisation en plus de l’édulcoration, pour leur donner un caractère buvable. L’alcool joue en effet un rôle essentiel dans la perception sensorielle, c’est le support des arômes du vin. Son élimination entraîne inévitablement l’extraction de tous les composés volatils que sont les arômes. L’absence d’alcool rend aussi le vin plus acide et plus astringent. Il perd sa rondeur. Pour que le produit ne soit pas perçu comme de l’eau acidulée, ces pertes d’arômes et d’équilibre doivent inévitablement être compensées par l’ajout d’arômes type « merlot » ou « chardonnay », et d’additifs permettant d’amener de la rondeur.  La technique consiste donc à retirer pour ajouter. Il en résulte un produit totalement industriel, de deuxième transformation, très éloigné du produit agricole qu’est le vin. Accepter les vins désalcoolisés dans l’OCM c’est ouvrir la boite de Pandore et aller vers le cracking du vin et sa recomposition en laboratoire.

(Source : EFOW)