Rapport d’information sur l’agriculture durable dans l’Union européenne

Plantations : à l’Assemblée nationale, Maxime Toubart demande la pérennisation de l’outil de régulation

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Autres positions défendues

Parmi d’autres sujets mis à l’ordre du jour par le SGV et la Cnaoc figuraient les vins sans alcool et la problématique de la mixité bio et non bio sur une même exploitation. Sur le premier point, a été réitérée devant le député Chassaigne « l’opposition à la proposition de la Commission de considérer le vin sans alcool comme un produit agricole et donc la possibilité pour lui de bénéficier des aides européennes ». « Nous ne sommes pas opposés au vin sans alcool, a fait savoir Maxime Toubart, mais nous considérons que c’est un produit industriel et qu’il ne doit pas pouvoir bénéficier de telles aides. »

Sur le second thème, il a réclamé la « reconnaissance de la mixité bio et non bio au sein d’une même exploitation ». « Aujourd’hui, ce n’est pas possible. Cela contraint les exploitants à créer deux structures. Autoriser la mixité permettrait de soutenir le développement de la viticulture biologique », remarque-t-il.