Interview d'Hervé Lepelletier, Expert-Comptable AG2C

Un parcours en 3 étapes pour organiser une retraite réussie !

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

LA RETRAITE EN 3 ÉTAPES

  1. Avant la prise de retraite : formalisation des objectifs et simulation

Ce premier temps permet d’identifier plusieurs éléments :

  • Définir le montant de la retraite. Un site public récent : info-retraite.fr nous permet de faire le point assez rapidement sur le montant de la retraite qui pourrait être perçu en fonction de la carrière déjà passée. Encore faut-il que le relevé de carrière soit complet ! A titre d’exemple, je me suis aperçu qu’il manquait des points de retraite sur mon propre relevé en tant que salarié. Malheureusement, cet outil ne permet pas de faire de simulation pour savoir quel statut adopter pour optimiser sa retraite si vous êtes dans une démarche de projection à 10 ans. A l’AG2C, nous disposons d’outils spécifiques qui permettent d’estimer le coût et de simuler les gains de retraite en plus !
  • S’assurer que vous avez bien le droit de prendre votre retraite à la date envisagée : nombre de trimestres requis, prise en compte du service national, étudier si le vigneron a le droit à une retraite par anticipation pour carrière longue à 58 ou 60 ans, etc.
  • S’assurer que les conséquences de la prise de retraite ont été bien envisagées et appréhendées : c’est une étape importante. Je m’assure que les baux ont bien été cédés, je coordonne les actions juridiques pour cesser l’activité si le viticulteur exerce en société, je vérifie que cette prise de retraite ne va pas soulever une question d’Impôt sur la Fortune Immobilière… Autant de détails importants à balayer et à traiter qui ne viennent pas toujours à l’esprit lorsqu’un viticulteur projette sa retraite.

2) Montage du dossier

C’est plus une étape de travaux matériels, de persévérance, de traitement de l’information et de patience !

Mon expérience me permet de savoir auprès de quels organismes il faut déposer sa ou ses demandes de retraite. Je prends en charge tous les aspects matériels de ces demandes et leur suivi. Je sais qui contacter et sous quelle forme. Envoyer quel document et à qui ?

Je dois souvent contacter la MSA, le CICAS pour les retraites complémentaires salariés viticoles ou d’autres régimes, reconnaître les différents services à qui envoyer l’information : CARSAT, CICAS, MSA, CPCEA, IRCANTEC, RSI.

Je réponds aux différents courriers et analyse les questions posées. Je prends en charge toute la « paperasse » et les nombreuses copies de documents à faire à différents organismes.

3) Vérification de la liquidation des pensions

Cette fin de parcours est importante, elle a pour objectif de vérifier que toutes les caisses ont bien liquidé les pensions et que tous les avantages familiaux sont pris en compte.

Généralement, les calculs sont bons. Mais j’ai en tête un dossier où il a fallu que je fasse preuve de persévérance pour trouver toutes les preuves directes et indirectes auprès de différents organismes pour faire valider des droits au titre d’un enfant handicapé ! J’ai insisté, fait faire différentes attestations, cela a pris un peu de temps et d’énergie. Mais 10 % de bonification de retraite obtenue, cela n’est pas négligeable.