Fiscalité agricole

A la demande de la CNAOC, légers progrès en matière de transmission

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Un nouveau dispositif d’épargne de précaution

Avec le nouveau DEP, chaque exploitant pourra épargner une partie de son bénéfice – jusqu’à 41 400 € par an – dans la limite d’un plafond de 150 000 € d’épargne au maximum. Il devra en parallèle inscrire sur un compte bancaire une épargne comprise entre 50 % et 100 % du montant de la déduction pratiquée. Les sommes déduites pourront être utilisées sans conditions pendant une période de 10 ans. Lors de leur utilisation, la déduction devra être réintégrée dans l’assiette fiscale et sociale. Les exploitants pourront également, dans une certaine limite, substituer à l’épargne monétaire une épargne en stock.

Des transmissions moins coûteuses

La loi de finances 2019 augmente à 300 000 € le plafond d’exonération à 75 % des droits de mutation à titre gratuit (DMTG) pour les transmissions de biens loués par bail à long terme. Désormais, jusqu’à 300 000 €, une exonération de 75 % des DMTG sera appliquée contre 101 897 € auparavant. Au-delà, l’exonération est de 50 %.