Union Auboise

Laurent Gillet tire sa révérence après 35 ans au service de la Champagne

Laurent Gillet tire sa révérence après 35 ans au service de la Champagne

Laurent Gillet a fait du « travailler ensemble » sa ligne de conduite. © Ph. Schilde

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

« Merci maître ! »
Plutôt zen, Pascal Dubois prend le relais

Pascal Dubois (second à gauche) s’est déjà forgé une solide expérience dans le monde du vin et des bulles. © Ph. Schilde

Les mains jointes, la tête baissée à la manière d’un adepte des arts martiaux, Pascal Dubois termine quant à lui son discours par un « Merci maître ! ». Il démontre alors à quel point il respecte celui auquel il succède à la tête de l’Union auboise. Celui qui lui a beaucoup appris sur l’entreprise et sur l’univers champenois en l’espace de quelques mois seulement. Manière de détendre l’atmosphère en ce moment solennel et émouvant, il rappelle quelques péripéties vécues avec Laurent Gillet – que nous tairons ici -, mais il ose l’allusion cinéphile en évoquant une série américaine des années 1980 : Kung Fu, où l’acteur David Carradine tenait le rôle principal.

« Dans cette série, Carradine était Petit Scarabée et il avait un maître shaolin lui ayant tout appris du Kung Fu, mais aussi le sens de l’observation, de l’écoute et de la maîtrise de soi. Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec la période que je viens de vivre. J’ai, en quelque sorte, découvert mon Maître en Champagne… », glisse-t-il devant une assistance prompte à applaudir la métaphore et à adouber le nouveau venu.

Il faut dire que Pascal Dubois s’est déjà forgé une solide expérience dans le monde du vin et des bulles en particulier, mais en dehors de l’AOC Champagne, avant d’arriver dans la Côte des Bar. Diplômé en œnologie (à Dijon), passé par l’Essec (MBA en gestion internationale et agroalimentaire), il a occupé des postes à responsabilités au sein de plusieurs vignobles de l’Hexagone : DG du groupe coopératif Wolfberger en Alsace (2003 à 2008), de Veuve Ambal en Bourgogne (2008 à 2013), de la Maison Halley, groupe vinicole présent en Bourgogne, à Bordeaux et disposant de filiales de distribution à l’étranger (2014 – 2018). Arrivé dans l’Aube lors de la superbe vendange 2018, ce jeune quinqua (52 ans) issu d’une famille de vignerons du Mâconnais, est officiellement aux commandes de l’Union auboise depuis le 1er février 2019. Il dit avoir apprécié la période de tuilage et affirme sa volonté d’œuvrer dans le sillon tracé. A à la fois dans la démarche environnementale et dans le développement des marques (Devaux, Jacquart, Montaudon).

Ph.S.