Mobilisation

Répondre aux enjeux environnementaux et sociétaux

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Jean Rottner, président de Région

« Le secteur agri-viti fait face à plusieurs défis comme la création de valeur ajoutée sur les exploitations et dans les filières, le soutien à la recherche, à l’innovation et à la compétitivité, le renouvellement des générations, la consolidation des systèmes de production sur tous les territoires de la région, la préservation des ressources naturelles et la généralisation de pratiques agricoles innovantes qui combinent production, développement durable et adaptation au changement climatique. »

Un travail de fond sur les chartes riverains

Un amendement à la loi EGALIM, adoptée en octobre dernier par l’Assemblée nationale et validée par le Conseil Constitutionnel, précise que « l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones attenantes aux bâtiments habités et aux parties non bâties à usage d’agrément contiguës à ces bâtiments est subordonnée à des mesures de protection des personnes habitant ces lieux ». « Les utilisateurs formalisent ces mesures dans une charte d’engagements après concertation avec les personnes habitant à proximité des zones susceptibles d’être traitées avec un produit phytopharmaceutique ». Les ordonnances qui serviront à préciser les modalités d’application de la loi ne sont pas encore sorties.

En attendant, un groupe de travail composé de 10 élus et de salariés du SGV ainsi que de représentants du Comité Champagne, planche depuis novembre 2018 sur la structuration de la charte, et sur les engagements que devront prendre les parties prenantes : vignerons, riverains, chambres d’agriculture, Etat, mairies, ODG…