Autorisations de plantation

Le SGV interpelle les candidats sur le risque d’une libéralisation

Le SGV interpelle les candidats sur le risque d’une libéralisation

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Mot de passe oublié ?

Les autres points chauds

– Programmes nationaux de soutien au secteur vitivinicole. Dans le cadre de la prochaine Pac, le SGV, à l’instar d’autres organisations européennes a demandé à la Commission de Bruxelles de maintenir les programmes nationaux de soutien du secteur vitivinicole et les budgets actuels, car cet instrument a fait ses preuves. « Ces programmes fournissent aux Etats membres une boîte à outils cohérente et adaptée leur permettant de gérer le développement du secteur d’une manière dynamique et flexible. Cette mesure a permis aux opérateurs de restructurer, moderniser et investir dans le secteur, d’accéder à de nouveaux marchés et de promouvoir leurs produits », insiste-t-on.

– Introduction des croisements de vitis en AOP. La Commission Européenne fait évoluer la définition de l’AOP afin de pouvoir introduire des variétés de vignes qui ne soient pas exclusivement issues du genre vitis vinifera mais qui puissent aussi être issues du croisement du genre vinifera avec d’autres espèces du genre vitis. Comme la Fédération européenne des vins d’origine (Efow), le SGV considère que cette proposition va dans la bonne direction dans la mesure où le matériel végétal doit pouvoir s’adapter au changement climatique et à la réduction des traitements phytosanitaires. Toutefois l’introduction de quelques règles restrictives a été proposée de manière à maintenir la typicité de l’AOP.