Dégustation professionnelle

Les influences organoleptiques de la verrerie sur les vins de Champagne

Les influences organoleptiques de la verrerie sur les vins de Champagne

Mobilisés pour cette instructive dégustation comparative.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Sara et Brice livrent leurs conclusions

© Mathilde Dedet

Sara Dedet : « J’ai choisi de créer ce projet avec Brice, car je souhaite reprendre l’exploitation viticole familiale et j’ai une vraie attirance pour le terroir qui se reflète dans nos champagnes. Je me demandais si le verre utilisé impactait vraiment la dégustation. Je peux aujourd’hui bénéficier des avis concrets de professionnels, l’expérience me sera utile. Ce projet est aussi l’occasion d’échanger avec des spécialistes, ce qui est toujours instructif et inspirant pour l’avenir. »

Brice Beuzeville-Loiseau : « J’ai choisi ce projet grâce à mon ancien métier de sommelier. J’ai toujours été sensibilisé par la différence entre les verres. L’importance du choix de verre est cruciale aussi bien pour un client qui déguste un produit fini, que pour un exploitant qui goûte son travail au fil de l’élaboration. Le champagne est avant tout un vin, mais il peut être soumis à des codes qui le brident dans son appréciation. Un verre à vin au calice large et une flûte à champagne étroite présentent de réelles différences. Grâce à l’avis de vignerons, nous avons plus de chance d’avoir de la sincérité dans ce test. »

Sara et Brice résument ainsi cette dégustation comparative : « La flûte nous a servi de témoin pour son caractère standard et traditionnel. La majorité des dégustateurs accordent une préférence au verre M5 Lehmann qui apporte plus de générosité et un plaisir rapide. C’est un verre qui s’adapte bien au champagne en retranscrivant une belle trame de bulles, grâce à sa forme piquée. En revanche, il semblerait qu’il soit moins adapté à une dégustation qui dure longtemps : le vin semble s’essouffler, il n’évolue plus.

Contrairement au M5 de Lehmann, le verre Zalto Universal semble moins accessible. Sa forme large et son fond plat apportent une complexité de dégustation plus marquée. Dès l’olfaction, le verre révèle le caractère vineux du champagne. Les premières notes de dégustation laissent la bulle s’exprimer mais elle s’estompe avec le temps. Cependant, en bouche, la complexité du vin est beaucoup plus importante et ne semble cesser d’évoluer. Cette gamme de verre s’adapterait plus à un public d’experts à la recherche de la profondeur du vin. »

Testeurs dégustateurs

Ce projet d’études aura mobilisé les vignerons Pierre Bochet (Cormoyeux), Adrien Bardoux (Ville-Dommange), Pierre et François Huré (Ludes). Egalement les sommeliers Delphin Cornaille (L’Hostellerie de La Briqueterie à Vinay), Lucas Moissonier (Sacré Bistrot à Epernay) et Ludovic Pasté (Cave du Bois Joli à Saint-Imoges). Ainsi que Sarah Bernabeu et Antoine Le Sausse (Lehmann).

Champagnes servis à l’aveugle

Les Grimprés Brut Blanc de Blancs, Champagne Bochet-Lemoine à Cormoyeux.
Prudent, Brut 50 % chardonnay, 25 % pinot noir, 25 % pinot meunier, Champagne Bardoux à Ville-Dommange.
Invitation Brut, 40 % pinot noir, 40 % pinot meunier, 20 % chardonnay, Champagne Huré Frères à Ludes.