Champagne Bolieu

Laurence et Charles Baffard : amour, passion et conviction

Laurence et Charles Baffard : amour, passion et conviction

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Et le champagne Bolieu fut !

Portrait de Laurence et Charles Baffard du Champagne Bolieu a Bassuet. Couple de vigneron installe dans le vitryat.

Portrait de Laurence et Charles Baffard du Champagne Bolieu a Bassuet. Couple de vigneron installe dans le vitryat.L’an 2017 ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire du champagne Baffard Ortillon Beaulieu : la naissance de la marque Bolieu. Une décision mûrement réfléchie et clairement assumée par les vignerons. « C’était devenu compliqué à retenir, notamment à l’étranger, et les amalgames avec d’autres maisons n’étaient pas rares. » Fruit de la contraction entre les trois patronymes qui ont écrit ce patrimoine (B pour Baffard, O pour Ortillon et Lieu pour Beaulieu), elle s’accompagne d’une formule joliment trouvée : « bien nommé et bienveillant ». « Bien nommé, parce qu’il évoque nos trois générations en un seul mot, bienveillant parce qu’il rend hommage à celles et ceux qui ont rejoint les étoiles mais qui veillent toujours sur nous. » Eux aussi revisités pour l’occasion, les flacons laissent désormais apparaître une étoile scintillante sur leurs collerettes. « Le Champagne Bolieu nous représente vraiment. C’est notre empreinte et on en parle avec le cœur. »

Duo de choc

Portrait de Laurence et Charles Baffard du Champagne Bolieu a Bassuet. Couple de vigneron installe dans le vitryat.

Cette aventure symbolise le projet de toute une vie pour Laurence et Charles Baffard. Ils oeuvrent main dans la main, partenaires au quotidien. « D’ailleurs, ça ne fonctionnerait sans doute pas aussi bien si nous travaillions dans deux domaines différents. » Charles s’affaire à la vinification, l’administration et la prospection. Laurence se positionne plutôt sur la partie viticole. Ils créent toutefois leurs assemblages ensemble, condition sine qua non pour que leurs vins leur ressemblent. « Nous sommes présents sur beaucoup de salons, tant pour les particuliers que les professionnels. » Ce qui les conduit, logiquement, à progresser à l’export. Belgique, Suisse, Italie, et depuis peu Tokyo. « Nous commençons à dépasser les 50 % de ventes à l’étranger. »

Léone, une vigneronne de caractère

Portrait de Laurence et Charles Baffard du Champagne Bolieu a Bassuet. Couple de vigneron installe dans le vitryat.

En hommage à Léone Beaulieu, « une femme de caractère, avec beaucoup de bagou », la cuvée Carnet de Léone retranscrit le savoir-faire ancestral. Remué à la main et vieilli pendant six à huit mois en tonneau de chêne, ce 100 % chardonnay issu de la parcelle Les Loges repose sur des vins de 2008 matures, travaillés en foudre. Et il s’inscrit sans conteste dans la catégorie des vins gastronomiques. « Il s’agit d’un extra-brut dosé à 4 g/l, à positionner du début à la fin d’un repas. Chez nous, on s’interdit de le remettre au frais entre deux plats pour laisser ses arômes évoluer sur la table. » Riche en gourmandise et en surprise, il invite à prendre son temps, « pour être dégusté comme il se doit. »

Pépin de vigne, l’exception qui confirme la règle

Au Champagne Bolieu, le 100 % chardonnay est roi. Hormis pour la cuvée Pépin de Vigne, qui accueille 30 % de meunier. Pour l’anecdote, ce champagne est né des échanges entre Charles Baffard et son œnologue. « En analysant nos vins clairs, il m’a fait remarquer que notre meunier était déjà en train de ‘chardonner’. Cette cuvée ne se situe pas vraiment dans le côté fruité du meunier, mais davantage dans la finesse et l’élégance. Avec un aspect beaucoup plus gourmand qu’offre le meunier. C’est un champagne consensuel, idéal pour les événements et les moments festifs. » Tout aussi audacieux, le Cordon de Rosé s’équilibre avec le fameux Pépin de Vigne et 10 % de pinot noir. « A apprécier après un bon repas entre amis, suggère le vigneron. C’est une cuvée gourmande et accessible, moins complexe que d’autres. » Laurence, quant à elle, le conseille plutôt à l’arrivée des beaux jours, accompagné de quelques fraises et d’une pointe de chantilly.