Verpillières-sur-Ource

Philippe Millot et sa fille Tiphaine en totale symbiose

Philippe Millot et sa fille Tiphaine en totale symbiose

© Ph.Schilde

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

3333 bouteilles au premier tirage, plus de 10 fois plus aujourd’hui

La famille Millot a tiré ses premières bouteilles en 1990 et Philippe se souvient très précisément du volume réalisé aux côtés de son père, Roland, et de sa maman, Marcelle : 3333. Dites 33 deux fois de suite ! Un tel chiffre ne s’oublie pas. Aujourd’hui, avec Tiphaine, il produit entre 35 000 et 40 000 bouteilles par an. Des bouteilles reconnues pour leur qualité puisque ces adhérents au mouvement des Vignerons Indépendants depuis trois ans ont décroché quatre médailles lors de leur toute première participation au concours des VIF : « une or, deux argent et une bronze, soit 4 distinctions sur 5 cuvées présentées. » Evidemment, Tiphaine n’a pas manqué de relayer ces belles marques de reconnaissance sur les réseaux sociaux et en collant les médailles sur les flacons. Une valorisation gagnante.

Pour la mixologie, c’est oui !

« Pas de tabou ! », lâche Philippe Millot qui, autant que sa fille, savoure la communication champagne décalée du SGV incitant à multiplier les instants champagne. Pour lui, cela peut passer aussi par la mixologie, autrement dit des cocktails à base de champagne. Lors de la Route du champagne 2018, la famille Millot avait eu l’audace de proposer de séduisants cocktails. Ils ont remporté un beau succès, les visiteurs étant nombreux à aller les siroter à l’abri de pins parasols. « Pour séduire une clientèle plus jeune, il faut rajeunir l’image de notre vin. Nous y sommes parvenus durant un week-end ensoleillé, sans galvauder une seconde l’image du champagne », affirme Philippe Millot, prêt à recommencer l’opération à la première occasion. « Ce n’est plus avec la représentation du papy buvant son champagne au coin du feu que l’on fera bouger les lignes et remonter les ventes », sourit Tiphaine.