Du bac pro à l'emploi chez De Sousa

Bajamin : « Ce que j’aime c’est travailler dehors »

Bajamin : « Ce que j’aime c’est travailler dehors »

Bajamin, ici près de Charlotte De Sousa et Sabine Muller.

Préparé en alternance, un bac pro suffit pour décrocher un emploi dans le vignoble. Avec l’avantage d’être bien accompagné par le CFA d’Avize pour les cours et les vignerons pour l’apprentissage sur le terrain. Exemple avec Bajamin Champenois, heureux futur salarié au Champagne De Sousa, qui savoure d’avoir les vignes pour bureaux.

Il s’appelle Bajamin Champenois. Un nom prédestiné pour travailler dans les vignes, non ? Si la blague est facile, le parcours pour y parvenir est sérieux. Après un bac pro en optique et lunetterie et une première expérience professionnelle, Bajamin, 23 ans et originaire d’Avize, comprend qu’il n’a pas choisi la bonne voie. Finalement, les lunettes, ce n’est pas son truc. Bajamin, lui, aime être dehors. Le déclic d’amorcer un grand virage viendra après quelques missions en intérim pour les vendanges, puis le palissage et le tirage au Champagne De Sousa.

Bajamin entame alors une nouvelle formation par apprentissage, le bac pro conduite et gestion de l’entreprise viti-vinicole, géré par le CFA d’Avize. Refusant la facilité d’accéder directement en terminale, il redémarre à zéro, en seconde. « Je voulais tout apprendre depuis le début, ne rater aucune année », confirme le jeune homme, qui finalise sa terminale et destinera son rapport de stage à une thématique qui l’intéresse beaucoup : la biodynamie. « Dans ce bac pro, J’ai beaucoup apprécié le cursus, théorique certes, mais qui nous permet aussi d’apprendre sur le terrain, chez le vigneron. C’est du concret ! ». En gros, une semaine « à l’école » avec de multiples cours indispensables à la future gestion d’une exploitation, une semaine chez la famille et l’équipe De Sousa, dont Bajamin salue la bienveillance : « Ils m’ont tous bien accueilli, accompagné et soutenu ». Trois années de cours et de travail ainsi résumées : « J’ai énormément appris, je suis aujourd’hui opérationnel. Je vais pouvoir travailler et gagner ma vie, vivre du métier que j’aime. »

Cerise sur le gâteau, le désir de poursuivre l’aventure au Champagne De Sousa dont il apprécie les choix culturaux et la démarche environnementale se concrétisera. « Nous proposerons un emploi à Bajamin car il s’est beaucoup investi. Il était très motivé à la base, il s’est bien intégré à l’équipe et soutient notre philosophie de travail », confirme Charlotte, au nom d’une famille qui a toujours accueilli des jeunes en formation. Ainsi, après trois années en alternance au CFA d’Avize et chez De Sousa, une maison réputée dans le monde « et une vraie chance pour moi », Bajamin Champenois bénéficie d’une expérience reconnue et d’un emploi.

« Voie d’excellence pour travailler »

C’est l’un des messages que souhaite adresser l’équipe du CFA d’Avize. « Nos formations qualifiantes sont une voie d’excellence pour trouver un emploi. Ce ne sont pas des diplômes au rabais », insiste Sabine Muller, responsable pédagogique, précisant que les formations sont accessibles toute l’année.

Bien entendu, les étudiants doivent faire preuve de motivation, de sérieux et de rigueur. S’ouvrent alors plusieurs possibilités : travailler à l’issue d’un bac pro comme Bajamin, ou gagner en qualification et expérience, avec par exemple un diplôme professionnel AEV (agro-équipement-viticole pour devenir tractoriste) ou un BTS viticulture œnologie. A noter que le CFA ouvre également un certificat de spécialisation commercialisation des vins-oenotourisme et que la réforme de l’apprentissage engendre des nouveautés comme l’apprentissage possible jusque 29 ans.

Pour tout savoir sur les formations par apprentissage et rémunérées, proposées au CFA :

www.avizeviticampus.fr