1971

Quel avenir pour les manipulants ?

Quel avenir pour les manipulants ?

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Les vendanges se suivent et ne se ressemblent pas

La gelée et la grêle ont fait des dégâts considérables, puis la fleur s’est déroulée dans de mauvaises conditions : en août, chacun sait que la vendange sera réduite. Le syndicat a demandé le reclassement des VNC* à l’INAO, qui a donné son accord sous réserve que les vins soient soumis à une dégustation.

Le 9 septembre, le CIVC décide de modifier l’échelle des crus. Les crus situés entre 75 et 83 % voient leur position augmenter de deux points. Le prix du raisin est fixé à 4,664 F/kg + 0,35 F/kg* de prime aux cépages nobles. Calculé au plus juste, en tenant probablement compte de l’impact économique de l’évolution de l’échelle des crus, il est jugé décevant par beaucoup. Après la vendange, le conseil d’administration du SGV constate que, quoique raisonnable, ce prix est inférieur à celui que pourraient atteindre les vins clairs ou les vins sur lattes.

Au final, avec un rendement moyen de 5 100 kg/ha, la Champagne a rentré 75 à 80 millions de bouteilles (alors qu’elle a sorti 108 millions de bouteilles à fin juin) auxquelles s’ajouteront les VNC reclassés (27 à 30 millions de cols). Le négoce an vendu 73 % des bouteilles et rentre 55 à 56 % de la récolte.

*VNC : Vins Natures de Champagne. Il s’agit des volumes rentrés au-delà du rendement limite en AOC.

*En euros d’aujourd’hui, cela fait 4,85 €/kg + 0,36 €/kg

Mise au point

Confronté à la pénurie, le négoce accuse à nouveau le vignoble de malthusianisme. Agacé, le SGV met les choses au point dans La Champagne Viticole : « Le vignoble est malthusien. Voyez en face, dans les Charentes, les gens de Cognac qui n’ont pas peur de produire. Il est vrai qu’en 1970, ceux-ci ont demandé des autorisations de plantation pour 10 000 hectares ! Pourtant, en y regardant de plus près, ils n’ont pas planté moins que les autres :

  • Entre 1961 et 1973, le vignoble des Charentes aura augmenté de 68 %,
  • Entre 1961 et 1971, le vignoble champenois a augmenté de 68 %.

Il est permis de croire que le procédé champenois demeure préférable. Une économie se trouve mieux régulière que saccadée ».