Marie et Simon Normand

Domaine La Borderie, de l’épure à la signature

Domaine La Borderie, de l’épure à la signature

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Pourquoi La Borderie ? Pourquoi un domaine ?

Quand, en passant au statut de récoltant-manipulant, la famille Normand a dû trouver un nom pour désigner le siège de l’exploitation sortant de terre il y a six ans, elle n’est pas allée fureter dans le Cognaçais, comme certains pourraient le penser. Il existe bien dans ce vignoble du Sud-Est une aire de production dénommée Les Borderies. Non, pour leur marque, ils ont simplement puisé dans le patois champenois et trouvé que La Borderie (« petite maison » ou « petite ferme ») sonnait bien à l’oreille et pouvait, en toute simplicité, interpeller le quidam. L’idée de lui accoler la notion de domaine leur a semblé judicieuse puisque ce vocable est peu utilisé en Champagne, contrairement à d’autres régions viticoles. « Dans notre esprit, cela caractérise une production à échelle humaine. Le Domaine La Borderie forme une signature unique, terrienne, facilement identifiable », soutient Marie Simon, en précisant que le site de production et les hébergements voisins forment un ensemble cohérent.

Les consommateurs n’ont pas tardé à adhérer à ce projet qualitatif, à commencer par les habitués, français et étrangers, fréquentant les deux gîtes (de France) ouverts par les vignerons aubois. Après le succès de La Beuillotte (capacité de 14 personnes) ouverte en 1996, Odile et Jean-Louis ont vu plus grand avec La Halte Saint-Bernard (26 personnes). Ces deux havres de paix (labellisés Vignobles et Découvertes) donnent l’opportunité aux touristes d’étancher leur soif de connaissance, tant sur les richesses de la région que sur le champagne. Evidemment.

La Confluente, une pépite née à la croisée de deux vallées

Le Domaine La Borderie produit environ 10 000 bouteilles par an actuellement déclinées en quatre cuvées, dont La Confluente. En parallèle, il fournit des raisins et des vins à des coopératives et maisons.

La Confluente est l’une des cuvées élaborées par Simon Normand sur la base de la récolte 2014. « Il s’agit, explique-t-il, d’un blanc de blancs provenant de deux parcelles. Il est issu de deux cépages : le pinot blanc (20 %) et le chardonnay (80 %), avec élevage en fut (pour 5 %). Le premier cépage a poussé sur les flancs du Val Moret (finage de Bar-sur-Seine) et le second a été cueilli dans les Devoix (côté Merrey-sur-Arce), c’est-à-dire en plein dans la zone de confluence des vallées de l’Arce et de la Seine. » D’où son nom. Certes, on n’en trouve pas dans ces cours d’eau tranquilles, mais Simon invite les gastronomes à apprécier ce vin rare (seulement 2400 bouteilles produites) sur des huîtres ou un carpaccio de Saint-Jacques. Par exemple.

En baptisant ce nectar aux notes de citron vert, de pêche blanche, de fleurs d’acacia…, le jeune vinificateur a, d’une certaine manière, voulu rendre hommage à ses parents. Odile, sa maman est originaire de Neuville-sur-Seine et Jean-Louis, son papa est natif de Bar-sur-Seine. Ils incarnent une confluence humaine et géographique puisque, en s’unissant, ils ont assemblé leurs parcelles de vignes respectives situées dans les deux vallées. Avant de donner naissance à une grande famille et à un domaine développé avec passion, désormais confié aux enfants. La confluence des générations, cette fois !

Animés par la volonté de produire d’autres champagnes de gastronomie, Marie et Simon projettent de sortir en fin d’année un blanc de noirs qui devrait en interpeller plus d’un puisqu’il portera la mention “De quoi te mêles-tu ?”. Jean-Louis Normand s’empresse de déployer une vieille carte du cadastre pour éviter tout quiproquo. « “De quoi te mêles-tu ?” est un lieu-dit dont le nom apparaît sur l’une de nos parcelles. Mais quelle est l’origine de cette interpellation ? Mystère ! », sourit-il. Simon prévoit 1800 flacons de cette « « exception » qui précédera un vin encore plus « microscopique en volume ». « Nous avons conçu un coteaux champenois blanc à base de chardonnay issu de la vendange 2017 qui ne sera tiré, lui, qu’à 300 exemplaires ». Comme son grand frère, le coteaux champenois rouge signé du Domaine La Borderie, ce vin tranquille s’appellera Les Devoix. Mais, pas de risque de se tromper, la couleur du logo sera différente. Pas à pas, la famille Normand élargit ses gammes.

Une halte mémorable sur la Route du Champagne en fête 2019

Simon et Odile (assis), Jean-Louis et Marie (debout) le temps d’une petite pause dans le parc du domaine.

La dernière fois que la Route du Champagne est passée dans le secteur, en 2011, le Domaine La Borderie n’existait pas encore. Il n’était alors qu’en germe dans les têtes de cette famille qui, depuis longtemps, sait mettre les petits plats dans les grands et aligner les flûtes pour susciter de belles ambiances, nourrir de fructueux échanges.

« Il y a huit ans, nous avions toutefois participé en ouvrant un point de dégustation Chassenay d’Arce au niveau de nos gîtes », se souvient Marie. Cette fois, avec son frère et le renfort précieux de toute la famille, elle a lancé le rétroplanning pour que l’événement des 27 et 28 juillet soit exceptionnel, et mémorable. « Nous voulons que les visiteurs se souviennent longtemps de leur passage dans nos murs. Pour ce faire, nous avons mitonné un programme de découverte très complet. Pour l’occasion, nous ferons venir de Bourgogne la Cave aux arômes, une animation qui fera toucher du doigt, pardon du nez, la diversité des arômes contenus dans les vins. Au passage, nous expliquerons que notre ambition de vinificateur est justement d’être des chercheurs d’arômes. En visitant notre cuverie, puis en dégustant notre cuvée Douce Folie (un rosé de saignée), les amateurs de champagne pourront plus facilement mettre des mots sur les sensations ressenties », souligne-t-elle. Son compagnon, Rodolphe Vieitez, a intégré il y a quelques mois l’équipe dirigeante de Cap’C, l’association organisatrice de la Route du Champagne en fête. Il y occupe la fonction de trésorier et s’est vu confier la responsabilité de “référent de secteur” pour cette « Vallée de l’Arce en Seine » qui promet. Amateur d’art, il ne doit pas être tout à fait étranger à la naissance programmée d’une œuvre monumentale sur place durant deux journées où tous les sens des visiteurs seront mis en éveil. Du direct-live ! Comme d’ailleurs pour les amateurs de vieilles pierres sèches de pays…

De la cadole à la cabane Douce Folie

« Nous avons une petite cadole sur note site qui avait besoin d’être rénovée. Durant le week-end, cette tâche sera confiée aux experts en la matière dans la Côte des Bar que sont Lazzarotti et Fils, annonce Simon. Toute la foule attendue ne pourra pas s’y mettre à l’abri, mais nous pourrons expliquer à quoi servaient ces constructions au temps de nos aïeux vignerons. » Depuis cette sorte d’igloo en feuilleté de calcaire – il fait bien frais à l’intérieur quand le soleil cogne -, les « routards 2019 » pourront gagner une autre cabane, érigée celle-là dans les années 1950 au milieu des vignes du domaine Normand. Elle est située de l’autre côté d’un petit bois agréable à traverser. « Un guide spécialiste de la faune et la flore dans la Côte des Bar, Yohann Brouillard, proposera une belle “balade nature” en direction de Douce Folie. C’est ainsi que ma grand-mère a baptisé cette loge de vigne conçue et réalisée par mon grand-père à une époque où la culture du raisin ne rapportait guère… », révèle Marie, persuadée que le papy a bien fait d’insister tant on se sent bien dans cette cabane pleine de charme. Que ce soit pour mettre à profit une petite pause durant la vendange ou pour pique-niquer avec des amis en admirant depuis le Val Moret le panorama plongeant sur la vallée de l’Arce fusionnant avec la vallée de la Seine.

En parlant de pique-nique, celui du samedi soir proposé (sur réservation) dans l’univers de La Borderie s’annonce chic et musical ! La famille Normand a véritablement mis les bouchées doubles pour cette nouvelle Route du Champagne en liesse.