Analyse tactile et olfactive du sous-sol

Laurent Hostomme reçoit un expert à Chouilly

Laurent Hostomme reçoit un expert à Chouilly

L’expérience permet de voir comment la vigne s’en sort par rapport à son écosystème. Elle permet aussi de constater le profil racinaire, de comprendre ce que la vigne « mange ». Photos © Julien Gérard-Maizières

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

La tribu de Laurent et Chrystelle

« Dans les assemblages, depuis 2008, je constate l’extraordinaire diversité des terroirs de Chouilly, et nous mettons toujours de côté ce secteur et cette parcelle Sorangeon (35 ares) pour travailler des cuvées différentes, à forte personnalité », explique Laurent Hostomme. « Nous connaissions la craie et les coteaux champenois, il devenait très intéressant d’aller plus en profondeur, de mieux comprendre ce secteur qualitatif, qui présente une belle maturité, un bel équilibre, une délicate minéralité et des rendements maîtrisés. »

Cette parcelle enherbée/semée depuis 7-8 ans (comme ses consoeurs du domaine, mélange de trèfle et paturin) est l’une des pépites du domaine familial (M. Hostomme), qui gère 13 hectares sur Chouilly certes, mais aussi Dormans, Oeuilly, Boursault, ainsi que des achats auprès de partenaires-amis sur d’autres secteurs. « Tout ceci nous permet d’avoir une vraie diversité de villages et terroirs champenois. » L’enherbement et le travail mécanique superficiel sont privilégiés, le domaine est depuis trois ans certifié Haute Valeur Environnementale.

Le cœur de gamme compte 5 cuvées, auxquelles s’ajoutent les « éphémères », champagnes à forte personnalité (Arpent 5 cépages, Abysse blanc de blancs, millésimes…). Les cuvées M. Hostomme s’exportent à 70 % vers différents marchés : Angleterre Belgique, Allemagne, Japon, Russie… Pour valoriser le travail dans les vignes et en cave, pour l’accueil et la commercialisation, Laurent et son épouse Chrystelle peuvent compter sur leur ‘tribu’. « Aujourd’hui, notre équipe comprend une dizaine de personnes, autonomes dans chaque poste clé et qui adhèrent à notre façon de travailler. Au sein de notre tribu, la communication est essentielle. Avant de prendre des décisions, on se met autour d’une table et on discute. On met en place des protocoles avec nos salariés, comme la dégustation ou les audits. La notion de partage et d’échanges est essentielle. »