Coopérative vinicole de Baslieux-sous-Châtillon

Jérémy Cheval, talentueux vigneron-président

Jérémy Cheval, talentueux vigneron-président

Jérémy Cheval sur l’un des deux pressoirs traditionnels de la coopérative. © Véronique Montané

Lauréat du prix Jeune talent du champagne 2019 dans la catégorie récoltant-coopérateur, Jérémy Cheval associe la coop de Baslieux-sous-Châtillon et ses adhérents à cette distinction. Président et vinificateur très impliqué, il soutient aussi la cause environnementale, encourageant la certification Viticulture Durable en Champagne par voie collective.

Fier du prix Jeune talent du champagne 2019, remporté avec son Brut Tradition dans la catégorie « Assemblage RC », Jérémy Cheval le partage volontiers avec celles et ceux qui font vivre la coopérative vinicole de Baslieux-sous-Châtillon. D’autant que ce BSA est le plus gros tirage de la coop. Pour Jérémy, « c’était important que ce concours s’ouvre aussi aux RC, car n’oublions pas que les coopératives vinifient également ».

L’aventure collective a débuté en 1961, avec notamment le grand-père de Jérémy, qui fut trésorier durant 50 ans, jusqu’en 2011 ! Cette structure à taille humaine rassemble aujourd’hui 26 adhérents. « On se connaît tous » confirme le président, en fonction « depuis la veille de la vendange 2015 ». Ici sont pressés 17,5 ha, très majoritairement de Baslieux, au meunier dominant. « 6 ha sont vinifiés pour être tirés en bouteilles, à destination des adhérents », précise Jérémy, qui assure, avec l’œnologue Bernard Richet, la vinification des 7 cuvées composant la gamme (BSA, rosé, assemblage trois cépages, monocépage pinot noir et chardonnay, millésime et vieilles vignes). « Ces vieilles vignes de meunier, âgées de plus de 60 ans, me tiennent beaucoup à cœur. Je souhaitais à mon arrivée que nous créions quelque chose de plus atypique ».

Les jus de raisins sont extraits de deux pressoirs traditionnels. La vinification s’effectue en cuves inox thermorégulées et, pour les parcelles de vieilles vignes, avec passage en fûts de chêne (cuvée confidentielle, 1200 bouteilles, vinification en levures indigènes et débourbage sans enzymes).

Challenge vert

Aujourd’hui, l’exploitation familiale « Champagne Guy Remi », gérée par Nathalie et Jérémy, commercialise 30 000 cols, « ce qui représente la totalité de notre surface travaillée, à savoir 3,6 ha. Toutes nos parcelles sont enherbées et nous n’utilisons plus d’herbicides chimiques», explique Jérémy. A la coopérative,  le président-vigneron-vinificateur souhaite valoriser tout le travail collectif par ces mêmes pratiques culturales respectueuses de l’environnement. « Notre challenge, c’est la certification Viticulture Durable en Champagne. Nous l’avons initiée par voie collective, avec le soutien de la Chambre d’agriculture. Des formations sont engagées, j’espère que d’ici quatre à cinq ans tous les adhérents seront certifiés. »

http://champagne-guyremi.fr/accueil.html

« Plaisant et consensuel »

Jérémy Cheval résume le ressenti du jury, qui a dégusté le BSA Tradition (80 % meunier, 20 % pinot noir), cuvée lauréate du prix Jeune talent du champagne 2019 dans la catégorie récoltant-coopérateur : « Une entrée de gamme très intéressante, notamment pour son rapport qualité-prix, un vin plaisant et consensuel, qui n’a pas besoin d’occasions spéciales pour être apprécié ». Pour promouvoir son travail et ses champagnes, la coopérative ouvre également ses portes : « Tous les adhérents qui commercialisent ont la clé », confirme Jérémy, « ils peuvent ainsi faire visiter l’outil de production à leurs clients. »