EN CHAMPAGNE

La viticulture biologique poursuit sa progression et se structure

La viticulture biologique poursuit sa progression et se structure

© DR

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Rappel de la loi : usurpations AB

De nombreux cas de communications erronées font référence à l’agriculture biologique (AB), telles que des communications sur des produits non certifiés, ou encore des domaines prétendant pratiquer la viticulture biologique sans être engagés dans une démarche de certification.

L’Association des Champagnes Biologiques et Bio en Grand Est rappellent les principes généraux :

  • Un champagne ne peut se revendiquer « Bio » que s’il est certifié AB.
  • Seuls les opérateurs produisant des raisins biologiques certifiés et des champagnes biologiques certifiés, sont en droit de revendiquer l’agriculture biologique. Ils doivent obligatoirement être référencés auprès de l’Agence Bio.
  • Toutes revendications et communications pour des vins en biodynamie incluent obligatoirement la certification en agriculture biologique. La présence du mot « bio » ou « biodynamie » garantit les mêmes droits et protections.
  • Un opérateur ne peut communiquer sur une démarche de conversion AB que s’il est engagé auprès d’un organisme certificateur et notifié auprès de l’Agence Bio.
  • La durée de conversion est de 36 mois minimum. C’est donc la 4e vendange qui suivra la date d’engagement qui sera la première certifiée AB.