Le bouchon PhéniX dévoilé

Ganau concilie le « technologique » et le « naturel »

Ganau concilie le « technologique » et le « naturel »

Photos : Philippe Schilde

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Christophe Lambert prolixe sur le PhéniX

« Par rapport à un bouchon traditionnel, nous sommes parvenus à diviser par trois le risque de goût de bouchon ! », affirme Christophe Lambert en agitant entre ses doigts un PhéniX dont il est d’ores et déjà persuadé – après phase de test chez des opérateurs champenois et validation du concept par les services du CIVC – qu’il est promis à un bel avenir. « C’est un bouchon dont le corps est composé de micro-granulés ayant subi un processus de nettoyage radical : une vapo-extraction de TCA à haute température (traitement thermique). L’agglomération par moulage individuel est réalisée avec une colle polyuréthane. Les performances physico-mécaniques sont optimisées par l’utilisation de microsphères Expancel (breveté). Les garanties ainsi apportées, ayant fait le succès de notre bouchon technologique UNIQ, nous ont conduits à faire le choix de n’ajouter qu’une seule rondelle au lieu de deux habituellement. Ce n’est certes pas révolutionnaire, mais c’est économiquement intéressant tout en offrant la fiabilité requise.

La rondelle provient à 100 % de liège naturel récolté dans les chênaies sauvages couvrant les montagnes de Sardaigne, à 900 mètres d’altitude. Sous un climat tempéré, au milieu de la Méditerranée. Superbe, le matériau est très peu piqué, un véritable atout pour le vieillissement du vin. Au passage systématique des rondelles en autoclave vapeur – pour décomposer les substances volatiles organoleptiques -, nous ajoutons une opération de “sniffing” rondelle par rondelle, cette option pouvant être retenue ou non par le client qui a également le choix entre trois modèles de PhéniX », détaille-t-il.

Une nouvelle embauche et du marquage laser en projet sur le site sparnacien

Il y a en ce moment un peu d’effervescence dans les locaux de Ganau à Epernay, plateforme logistique et commerciale du bouchonnier en Champagne. D’abord parce que l’équipe de permanents (5 personnes) est chargée de porter la bonne parole autour de PhéniX, entre autres. Ensuite parce qu’elle a été étoffée courant octobre avec l’embauche d’un nouveau salarié. « La création de ce poste est destinée à développer les opérations de finition et de conditionnement (logistique), mais aussi à engager en 2020 une activité de marquage (au laser) des bouchons. Nous allons ainsi gagner en réactivité », se réjouit Christophe Lambert, entré dans l’entreprise en 2001 lors de l’arrivée de Ganau sur le marché français. La qualité des relations entretenues avec les dirigeants du groupe et la dynamique impulsée lui permettent d’envisager l’avenir sereinement, même s’il constate actuellement un essoufflement sur le marché champenois.