Association La Vigne du Partage

Mobilisée, solidaire et vigilante

Mobilisée, solidaire et vigilante

Yann Brard (au centre) : « Notre solidarité auprès des plus démunis est au cœur de notre engagement. »

La vendange 2019 a été belle, induisant un niveau élevé de dons. Mais les nouvelles concernant les bénéficiaires au Nord Cameroun ne sont pas bonnes et le bénévolat s’est parfois essoufflé pour le palissage. Deux sujets sur lesquels l’association La Vigne du Partage affiche sa vigilance.

44 000 euros seront donnés aux plus démunis via trois partenaires traditionnels. 16 350 € au Comité Contre la Faim dans le Monde et pour le Développement (CCFD) et autant au Secours Catholique ; plus de 11 700 € au Centre Diocésain de Développement de la région de Maroua (Nord Cameroun) dont 7 800 € pour le Centre de Formation Jéricho, formant une dizaine de couples et 3 900 euros pour La Belle Etoile, hébergeant et scolarisant une cinquantaine d’enfants de la rue.

Ces dons, fruits du travail des bénévoles, de la générosité des partenaires et d’une belle récolte de raisin valorisée en rouge auprès de la coopérative de Neuville-Buxeuil, réjouissent Yann Brard, président de l’association la Vigne du Partage. Mais deux ombres viennent ternir cette réussite. Tout d’abord, les nouvelles du Nord Cameroun, déjà difficiles à recueillir, ne sont pas bonnes et suscitent de fortes inquiétudes : aux exactions du groupe terroriste Boko Haram s’ajoutent les impacts du changement climatique. Le climat de terreur, entraînant aussi l’exode des populations locales, dissuade les jeunes couples de se former et complique autant le fonctionnement des structures que la quête d’encadrants.

34 années d’action

L’autre problème incitant à la vigilance concerne la main-d’œuvre bénévole pour les travaux de la vigne de 66 ares, située à Buxeuil : elle a parfois manqué pour le palissage. D’où un appel du président aux adhérents « à ne pas penser qu’il y aura toujours assez de monde ».
Cependant, Yann Brard et son équipe n’ont pas d’inquiétude sur l’avenir de l’association. L’an dernier, les compétences bénévoles mobilisées pour assurer la traçabilité des raisins l’ont démontré. Son fonctionnement, mis en débat lors de l’assemblée générale 2019, a débouché sur des propositions qui sont au cœur des travaux du conseil d’administration. « Tout va plutôt bien après 34 années d’action. Nos fondamentaux sont très respectés. Le travail de la vigne reste essentiel. Le partage est une valeur toujours bien cultivée. Les adhésions augmentent et une nouvelle génération est déjà en place. Notre solidarité auprès des plus démunis est au cœur de notre engagement s’appuyant sur la valorisation à 100 % de notre travail de la vigne et des dons aux plus démunis, via des organismes caritatifs. »

Cependant, des pistes d’amélioration sont étudiées, comme l’ouverture à d’autres formes de dons, le renforcement de l’aide aux plus démunis locaux ou le développement des partenariats avec des associations, en particulier viticoles.