MOOC du champagne

« Un outil d’éducation pour devenir expert »

« Un outil d’éducation pour devenir expert »

Vincent Perrin : "Il nous fallait être capables de nous remettre en cause, de faire évoluer notre manière de parler du champagne.." © Philippe Schilde

Mis en service progressivement depuis la fin d’année 2019 par le Comité Champagne, le MOOC du Champagne monte déjà en puissance, et de belle manière. Cette innovation a pour vocation de hausser le niveau d’expertise chez les professionnels du vin – et les amateurs éclairés, également ! – partout dans le monde pour former une communauté vivante en capacité de relayer cette évidence que le champagne est un grand vin. Interview de Vincent Perrin, directeur du Comité Champagne, une des chevilles ouvrières de ce programme d’éducation ayant mobilisé pour son élaboration des vignerons, des négociants, des historiens, des scientifiques, des juristes, etc. Place à « l’open education » !

Pourquoi le Comité Champagne a-t-il conçu et développé ce programme de formation unique en son genre, ouvert à tous ?

Certes le champagne, rien qu’à travers l’évocation de son nom, est une évidence. Il est le vin de la célébration, du prestige, et il jouit d’une puissance inégalée. Mais nous voulons réaffirmer qu’il est un grand vin, surtout. Cela nécessite de parfaire le niveau d’éducation au champagne, une priorité stratégique pour nous. Avec ce MOOC totalement inédit, nous nous adressons, dans la profondeur, à toute une foule de professionnels qui œuvrent au service de l’appellation et qui ressentent le besoin de hausser leur niveau d’expertise. Nous visons en parallèle les amateurs éclairés souhaitant améliorer leurs connaissances autour du champagne.

Il ne nous a pas échappé que les marchés extérieurs les plus dynamiques étaient ceux qui avaient acquis un socle de connaissances solide autour de notre vin : Grande-Bretagne, Etats-Unis, Suisse (pays comptant de belles écoles hôtelières), Japon (pays recensant plus de 6000 sommeliers réunis dans une association très active). Il fallait aller plus loin avec une offre de formation en ligne, accessible 24h/24, flexible et efficace. Le contexte nous a semblé d’autant plus favorable que le consommateur sollicite toujours plus d’information sur le vin, son origine, son élaboration… Aujourd’hui, on consomme autant de connaissance que de produit.

« Il nous fallait être capables de nous remettre en cause, de faire évoluer notre manière de parler du champagne. »
Vincent Perrin

Le numérique changeant la donne, l’idée est d’amplifier le mouvement d’éducation au vin et d’accélérer dans les pays où le champagne a moins d’antériorité et de notoriété ?

C’est clairement notre volonté en Asie, par exemple, dans des pays tels que la Chine, Hong Kong ou Taïwan où le nombre de professionnels patentés est, pour l’heure, nettement plus restreint qu’au Japon. Les besoins de formation sont énormes avec le développement de la gastronomie, notamment. Le marché mondial de la « wine education » étant dominé par les Britanniques via WSET* (100 000 étudiants à travers le globe, dont 30 000 en Chine !), nous avons renouvelé et accentué notre partenariat avec ce réseau fonctionnant sous forme de franchise. En devenant « Sponsor Bronze », nous bénéficions d’un accès et d’une capacité de dialogue tant avec les professeurs qu’avec les apprenants. Dans un second temps, nous aimerions la mise en place d’un WSET Champagne comme il existe un WSET Whisky ou un WSET Saké. En attendant, le MOOC est la solution que nous avons privilégiée pour amplifier le mouvement, effectivement, et ce, de manière intégrée. Il nous permet de toucher les cibles nouvelles que sont les influenceurs. Le vin, comme bien d’autres secteurs, est, il est vrai, entré dans ce que l’on pourrait appeler l’ubérisation de la prescription.

Les actions physiques (master class, formations classiques…) déployées à travers vos bureaux ne suffisent plus ?

Passant en quelques années seulement de 3000 à quelque 10 000 personnes touchées de cette manière, nous avons plutôt bien progressé, mais ce modèle physique, certes direct et convivial, ne suffit plus aujourd’hui. Il nous fallait être capables de nous remettre en cause, de faire évoluer notre manière de parler du champagne. Ce que nous avons fait avec la mise en œuvre d’un programme résolument interactif basé sur une approche combinant savoir, savoir-faire et savoir-être (exemple : la consommation modérée, qui fait partie de l’éducation au vin). On n’est plus dans l’information unidirectionnelle, mais bien dans l’animation d’une communauté professionnelle éduquée au champagne. En partant de la demande d’éducation plutôt que de l’offre, on quitte le mode de « la voix de son maître ». Nous assumons pleinement ce profond et nécessaire changement du management de la connaissance.

Les contenus du MOOC s’enrichiront-ils grâce aux questions posées par la communauté du champagne ?

Tout à fait. Au Comité Champagne, nous devons demeurer le garant de l’appellation, mais nous devons être à l’écoute de cette communauté qui se constitue et grandit sur la base de l’échange. Nos contenus sont appelés à évoluer. Grâce à la diversité des apports initiaux, produits par des vignerons, des négociants, des scientifiques, des historiens ou des juristes, nous avons pu constituer un socle de 54 vidéos courtes (3’) mêlant des infographies aux paroles d’expert. C’est dynamique et pédagogique à la fois. Tout au long de leur parcours, les apprenants sont guidés par une personnalité qui fait référence dans notre univers, Jérémy Cukierman, Master of Wine 2017.

*Wine & Spirit Education Trust. Proposant quatre niveaux d’étude progressifs, cet organisme présent dans 70 pays détient le leadership mondial de la formation en vins et spiritueux.

Déjà plus de 5000 inscrits : premiers résultats encourageants

Le MOOC du champagne, révélé lors de l’assemblée générale de l’AVC, a été lancé en France mi-décembre 2019 avant d’être ouvert au monde suite à une première traduction en anglais, finalisée mi-janvier. D’autres versions sous-titrées sont en cours de réalisation : en italien, espagnol, russe, allemand, japonais et chinois.

Début mars, plus de 5000 personnes étaient inscrites, majoritairement en France, les Japonais se classant en deuxième position et les Russes, troisièmes de ce palmarès (provisoire). Suivaient les Américains, les Italiens, les Espagnols et les Taïwanais.

En France, quinze personnes ayant suivi l’intégralité du parcours ont déjà reçu une attestation de suivi. Elles peuvent s’en prévaloir, entre autres, sur le marché du travail.

Le MOOC pratique

L’objectif : démultiplier le nombre de professionnels qui vont valoriser le Champagne auprès de leurs clients, dans le monde entier.

La cible :  destiné aux amateurs éclairés et surtout aux professionnels (cavistes, sommeliers, agents, importateurs, formateurs, etc.) souhaitant approfondir leur culture du roi des vins, le MOOC du Champagne permet aussi aux vignerons et maisons de former leurs équipes, leurs ambassadeurs, leurs partenaires commerciaux…

La promesse : devenir un expert du champagne !

Le moyen : un cours en ligne sous forme de 54 vidéos à suivre à son propre rythme (durée : 3 à 5h au total), et des tests de vérification des connaissances.

Le plus : pour 49 €, une attestation officielle de suivi du MOOC du champagne couronne la réussite du test du module expert.

Le forum : interagir avec la communauté créée pour adapter les contenus du MOOC du champagne aux besoins précis du « trade » dans les différents marchés.

Inscription sur www.champagne-mooc.com