Soutien aux adhérents, protection des salariés

Face à la crise, le SGV réactif et solidaire

Face à la crise, le SGV réactif et solidaire

© Philippe Schilde

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Sécurité : la mise au point efficace du président du SGV

Vendredi 20 mars, dans un message adressé à tous les vignerons et largement relayé par les médias et réseaux sociaux (12 379 personnes touchées et 480 partages !), le président du SGV s’insurge de manquements aux consignes de sécurité, constatés dans certaines vignes et caves. « Comme vous le savez, les services de l’Etat acceptent la poursuite de nos activités, sous réserve que nous respections scrupuleusement les mesures sanitaires, vignerons et salariés. Les préfectures des départements de l’AOC se sont montrées tout à fait à l’écoute de nos attentes », débute Maxime Toubart. « Or, sur le terrain, la gendarmerie constate un nombre très important de comportements à risques : attroupements en bas des vignes, distances entre les rangs non respectées, nombre de personnes inadapté en covoiturage etc. Nous rappelons que le fait d’être dans des zones rurales ne préserve pas du virus et que la situation dans les régions Grand Est et Hauts-de-France est suffisamment préoccupante pour ne pas participer par inconscience à sa propagation. Non seulement de telles attitudes mettent en danger la santé des personnes concernées, de leurs proches, mais elles font courir à la profession viticole le risque imminent de restrictions plus importantes qui nous empêcheraient de mener à bien les travaux ».

« Aussi, conclut le président, nous vous demandons de relayer cette information dans vos communes, afin que chacun prenne conscience qu’il porte individuellement une responsabilité pour lui et le collectif viticole ». Un message largement entendu.

La filière attentive et unie

Une nouvelle fois, devant l’adversité, la filière champagne s’unit et s’organise. Dans un communiqué signé mercredi 18 mars, elle souligne « la gravité de la situation sanitaire », et atteste, en lien avec l’autorité préfectorale, que « les vignerons et maisons de Champagne contribuent à l’effort de guerre en poursuivant les deux objectifs assignés par le gouvernement : l’éradication du virus en limitant drastiquement les flux et la poursuite de l’activité économique lorsqu’elle est indispensable et compatible avec le respect des mesures barrières ».

En cette période végétative cruciale, les travaux de la vigne se poursuivent, ainsi que les opérations de tirage en cave. « Ces deux activités ont été identifiées comme indispensables à la sécurisation de la prochaine vendange, sans laquelle il n’y aurait évidemment aucune perspective de reprise », rappelle le Comité Champagne, « d’autres activités sont maintenues, selon l’appréciation des vignerons et maisons, dès lors que les mesures barrières peuvent être rigoureusement respectées ».

L’accueil du public dans les circuits de visite et les lieux de réception est interrompu et « l’ensemble de la filière Champagne met en oeuvre les mesures de soutien aux entreprises décidées par le gouvernement pour traverser la crise ». En particulier, le soutien des banques devra permettre d’assurer le paiement aux partenaires vignerons de l’échéance raisins du 5 juin. Les dispositifs d’accompagnement des salariés sont actionnés, les vignerons et maisons de Champagne demeurent en contact permanent avec les autorités et leurs ressortissants « pour prendre toutes les dispositions de nature à préserver la filière et, le moment venu, à accompagner la reprise ». En conclusion de ce communiqué, au nom de la filière unie, les vignerons et maisons de Champagne « expriment leurs plus vifs remerciements et encouragements au personnel médical et aux fonctionnaires mobilisés dans cette lutte ».

www.champagne.fr

Personnels soignants : le Syndicat mobilise fortement pour collecter masques, gel, EPI…

« Dès le début de la crise, quand les hôpitaux, structures médicales et sociales ont lancé des appels à l’aide pour obtenir des masques et autres équipements de protection pour les personnels soignants et les patients, nous avons fortement mobilisé les acteurs de la viticulture afin de répondre à la sollicitation et à l’urgence de la situation », expose Maxime Toubart, en précisant que le SGV a immédiatement puisé dans ses propres réserves pour contribuer à cet acte de solidarité spontané. « Nous avons remis ce que nous avions en stock aux services préfectoraux et avons relayé largement le message auprès de nos adhérents et organismes partenaires pour tenter de limiter l’expansion de l’épidémie. »

Dès le 18 mars, des posts (4 025 personnes touchées) étaient diffusés sur les réseaux sociaux du Syndicat afin de sensibiliser les vignerons aux dons de masques. Cinq jours plus tard, l’opération était reconduite avec 2 908 personnes touchées, cette fois. Pour aider le corps médical, en lien avec les ARS du Grand-Est et des Hauts-de-France, un appel était lancé le 7 avril aux activités professionnelles disposant d’Equipements de protection individuelle (EPI), c’est-à-dire blouses à usage unique, charlottes, gants, lunettes de protection, sur-chaussures, etc. « Près de 1400 personnes ont alors été touchées par ce message », indique Mélanie Carvalho-Pinto, community manager du SGV en notant que le nombre d’abonnés Facebook a cru fortement sur la période.

Des dépôts ont été organisés sur l’ensemble de l’appellation champagne et les autorités se sont chargées de répartir les objets collectés dans les hôpitaux de la Marne, de l’Aube et de l’Aisne, y compris au sein d’établissements psychiatriques également demandeurs de soutien de la part des professionnels.

Ph.S.

Garder le contact avec la clientèle

Salons internationaux annulés ou repoussés, activité commerciale en berne, oenotourisme à l’arrêt, crise accentuée de la main-d’œuvre, indisponibilité de beaucoup de prestataires… la période de confinement reste très pénalisante et très compliquée pour les exploitants, alors que la nature, elle, n’attend pas.
Malgré la crise, il est important de garder le contact avec la clientèle et les professionnels liés à la vigne et au vin. Beaucoup de vignerons l’ont compris et s’adaptent du mieux qu’ils peuvent. Ils communiquent sur les réseaux sociaux et invitent les internautes à poster des commentaires, photos et stories mettant en scène leurs vins et la convivialité, même en période de confinement. Ils informent par newsletters, présentent des vidéos et expliquent comment le travail se poursuit dans la vigne et en cave, avec les mesures de sécurité sanitaires requises. Ils mettent en place des commandes en ligne, des livraisons à domicile, créent des offres spéciales pour faire découvrir leurs cuvées. S’adapter reste le maître-mot et l’on ne peut que saluer cette remarquable énergie.

Le service CRD du SGV s’organise pour alimenter en coiffes les vignerons réalisant des expéditions. En garantissant toutes les mesures de protection, les retraits s’effectuent (système de drive) durant des permanences à Epernay, Château-Thierry et Bar-sur-Seine. Un service de livraison sur les exploitations est par ailleurs mis en œuvre.

T.P.