Année et vendange exceptionnelles

Le sourire et l’action malgré tout

Le sourire et l’action malgré tout

Les élus et représentants de l’Etat ont été impressionnés par les gros investissements déployés ces dernières années par la coopérative de Sermiers, soit 4,5 millions d’euros, pour en faire aujourd’hui un remarquable centre de pressurage, de vinification et de stockage, au service des adhérents et de la qualité. La visite guidée était assurée par le président Vincent Jourdan, accompagné notamment d’Alexandre Rat et de Mathias Froment, qui n’ont pas manqué d’aborder la grave crise actuelle.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Manque de considération :
dans la Marne, un appel au soutien – rapide et entier –
du gouvernement

Les élus marnais étaient une nouvelle fois aux côtés du SGV et des vignerons, lors de la tournée vendange organisée lundi 24 août chez les vignerons indépendants Benoît et Audrey Tixier à Chigny-les-Roses, et à la coopérative de Sermiers que préside Vincent Jourdan. Tout comme les élus, le préfet de la Marne et la sous-préfète d’Epernay ont écouté le président Maxime Toubart et les vignerons exposer l’extrême difficulté économique liée à la crise sanitaire. Si les professionnels champenois ont apprécié l’oreille attentive des élus présents et leur compréhension des difficultés et revendications de la filière, le président du SGV, Maxime Toubart, a regretté l’absence de considération des ministères, de l’élite et des décideurs, dans leurs bureaux parisiens, bien éloignés des exploitations et des préoccupations des vignerons. Il en a appelé, une nouvelle fois, au soutien rapide et entier du gouvernement.

Le préfet de la Marne, Pierre N’Gahane, s’est engagé à relayer « en haut lieu » la situation vécue sur le terrain, à savoir la crise économique, commerciale et sociale qui frappe la filière ; mais aussi les mesures prioritaires et urgentes attendues par la profession, mesures maintes fois expliquées et relayées par le SGV (maintien jusque 2050 du système actuel de régulation des plantations, allégement des charges fiscales, exonération de cotisations sociales, simplification de la vente à distance…).

« Ce ne sont pas des fonds perdus. C’est au contraire l’assurance que les milliers d’exploitations en Champagne et dizaines de milliers en France surmonteront la crise et continueront à contribuer, demain, au développement économique de notre pays, à la vitalité de nos territoires et à la préservation de notre modèle de société », insiste Maxime Toubart.

T.P.

Voici la liste des élus et représentants de l’Etat présents à cette tournée vendange 2020 dans la Marne. Éric Girardin (député), Lise Magnier (députée), Anne Sander (députée européenne), Christian Bruyen (président du Conseil départemental de la Marne), Sylvie Gérard-Maizières (conseillère départementale), Arnaud Robinet (maire de Reims), Pierre N’Gahane (préfet de la Marne) et Odile Bureau (sous-préfète d’Epernay). La députée Aina Kuric était représentée, de même que Catherine Vautrin, présidente du Grand Reims.

Les grandes priorités du SGV

Union européenne et simplification de la vente à distance

Les procédures doivent être simplifiées pour permettre aux vignerons de vendre directement leurs produits aux particuliers dans l’Union européenne. Dans un contexte économique actuellement difficile pour la Champagne, les viticulteurs ne peuvent pas refuser des commandes en raison des lourdeurs administratives prévues pour s’acquitter des taxes.

Les producteurs doivent pouvoir vendre sans difficulté à tous les particuliers souhaitant acheter leurs produits.

Pour cela, le SGV Champagne demande :

– L’instauration d’une dérogation au principe de représentation fiscale nationale pour les transactions de faibles volumes ;

– L’établissement d’un système de chambre de compensation ou un guichet unique permettant au vigneron d’acquitter simplement en France les taxes et accises dues dans le pays de destination.

Fiscalité des transmissions

Le SGV Champagne et la CNAOC défendent deux propositions :

  1. Favoriser les transmissions dans un cadre familial au travers d’une exonération significative de 80 % des droits de donation et de succession pour les biens loués pendant une longue durée (18 ans) avec un plafond de 20 millions d’euros.
  2. Exonérer d’impôt sur la fortune immobilière (IFI) les propriétaires qui affectent durablement leurs terres à des exploitations agricoles par un bail à long terme d’au moins 18

Foncier et particularités du territoire de l’AOC Champagne

Le SGV Champagne défend le modèle unique que représente l’AOC Champagne avec toutes ses spécificités. Ces dernières doivent être intégrées dans les SDREA Grand Est et Hauts-de-France.

C’est pourquoi le SGV Champagne demande la mise en place d’un SDRE propre à la filière viticole champenoise, donc distinct des SDREA de l’agriculture et des autres régions viticoles

Environnement et plantations de cépages résistants

Le SGV Champagne appelle la France à agir au niveau européen pour permettre l’utilisation de certaines des nouvelles variétés résistantes inscrites au catalogue français.

Nous demandons que ces variétés soient plantées en priorité dans des zones dites sensibles, telles que les vignes riveraines d’une habitation afin de concilier viticulture et habitation.

Pour cela, une modification de la réglementation européenne est un préalable puisque seuls les cépages appartenant à l’espèce Vitis vinifera ouvrent actuellement droit au bénéfice de l’AOP.

Exonérations de charges patronales

Le SGV Champagne demande :

  • Une exonération de cotisations sociales adaptée à la réalité du terrain et qui réponde aux besoins de la majorité des exploitations viticoles champenoises ;
  • La modification des secteurs éligibles pour garantir l’intégration des caveaux de vente et des groupements d’employeurs ;
  • La prise en compte des exploitations qui ne sont pas directement impactées sur la période considérée comme les vendeurs au kilo qui reçoivent les paiements des raisins avec un an de décalage. Il faut permettre aux exploitants, à titre dérogatoire, de calculer leurs cotisations sociales sur le résultat de l’année N au lieu d’un calcul sur l’année N-1 ou sur la moyenne triennale. Il s’agirait d’une option à prendre pour 2020 et/ou 2021.

« La Champagne est un grand fleuve
dont le passé est la source »

Avant que les mesures de vendange ne soient connues et dans un contexte tendu, les anciens présidents des Vignerons Indépendants de Champagne, Jacky Charpentier, Bertrand Robert et Henri Beaufort ont pris la plume pour rappeler à l’ensemble des opérateurs champenois qu’une «  appellation raisonnée devait sortir des négociations ». Paroles de sages !

« Nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents, à force de travail, d’abnégation, de solidarité, ont construit cette Champagne que nous aimons tant. Le chemin depuis 1911 fut long, périlleux mais a abouti à une organisation reconnue et enviée par toutes les autres régions viticoles, une grande prospérité a suivi.

Combien de régions viticoles ont réussi à imposer à l’administration, entre autres, le système du blocage qui est une grande assurance pour nous. Alors oui, il y a des différences entre un coopérateur, un vigneron indépendant, un vendeur au kilo, mais cette pluralité est aussi une grande richesse et nous savons nous réunir lorsqu’on touche à notre enfant, la Champagne.

Nos aïeux ont surmonté des crises importantes mais en sont toujours sortis plus forts grâce à une immense solidarité. Nous ne sommes pas devenus le roi des vins et le vin des rois sur un coup de baguette magique. Un nouvel obstacle, un nouveau défi se dresse devant nous, il est mondial, grave, dangereux et mystérieux : nous devons le combattre de toutes nos forces sous un même étendard pour le bien-être des différentes familles champenoises.

Quand certains prêchent une appellation à 4000 kg/ha, c’est vouloir la mort du vigneron. Quand certains prêchent une appellation à 10 000 kg/ha c’est ignorer, fermer les yeux face à cette crise planétaire.

Le monde change à grande vitesse, la Champagne également

  • Une concentration importante et inquiétante des acteurs champenois.
  • Le mot Champagne qui doit continuer à faire rêver.
  • Un individualisme, un égoïsme dangereux : ces caractéristiques sont souvent sources de discordes.
  • Une consommation du vin de Champagne qui a changé.
  • Une distribution et une commercialisation devenues mondiales, plus complexes, qui ne sont pas à la portée de tous.
  • Un foncier déconnecté de toute réalité économique.

Il ne faut pas démolir en trois jours la construction de 30 ans

Tous ces problèmes et encore bien d’autres, nous arriverons à les surmonter si tous les acteurs de la Champagne sont unis et solidaires.

Seuls nous ne sommes rien, ensemble nous sommes tout.

Voilà notre message, celui des anciens présidents des Vignerons Indépendants, mais avant tout, celui de vignerons champenois. »

Les partenaires marnais accueillis

A Tours-sur-Marne, au sein des installations du Champagne Lamiable, une tournée vendange était organisée par le SGV à destination de ses partenaires marnais. L’occasion d’échanges sur les grands dossiers syndicaux.

© Léa Holmes