Histoire de l’interprofession champenoise (deuxième partie)

La Champagne en crise dans les années 1930

La Champagne en crise dans les années 1930

Parmi les nombreuses initiatives prises par la Commission de propagande et de défense du vin de Champagne pour relancer les ventes en France figure l’organisation d’une foire aux vins annuelle à Epernay (© archives CIVC).

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

« Notre Champagne viticole elle-même maîtresse de ses destins »

Les règles fixées par le décret-loi du 28 septembre 1935 ont été préparées par Maurice Doyard et adoptées par la Commission de propagande et de défense du vin de Champagne.

« Rien dans notre projet qui soit une demande à l’Etat d’instituer en Champagne une économie dirigée. Au contraire, votre Commission a recherché l’accord des membres de notre corporation pour instituer une discipline. C’est la famille champenoise qui fait revivre des usages locaux, loyaux et constants … et, si nous demandons à une loi de sanctionner notre discipline, c’est uniquement parce que certains membres de notre corporation ont une conception fausse de la liberté. Nous désirons notre Champagne viticole elle-même maîtresse de ses destins en vertu du vieil adage : aide-toi, le ciel t’aidera. Nous n’attendons pas notre salut de concours extérieurs qui seront toujours éminemment précaires en admettant qu’on nous les accorde. Nous ne recherchons le salut de la Champagne viticole que dans la corporation organisée, mais aussi disciplinée ».

Maurice Doyard