Les Groupements de développement viticole (GDV)

Une force pour avancer vers une dynamique durable

Une force pour avancer vers une dynamique durable

Les réunions « bout de parcelle » sont de bonnes occasions pour échanger sur le terrain sur des pratiques et des techniques diverses et variées. © I.Renard

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Les conseillers ont la parole

Le groupe, le conseil, le terrain et les échanges font partie des fondations du fonctionnement du GDV. Pour Sébastien, « le métier est motivant car il évolue en permanence avec des marges de manœuvre importantes. Nous élaborons des conseils adaptatifs au contexte et adaptés à l’exploitation. » Quant à Julie, elle considère que « c’est le relationnel et la compréhension des problématiques du vigneron qui créent une véritable dynamique du métier. » Pour Isabelle, « cette rencontre avec les producteurs est indispensable dans mon quotidien.» Enfin, Valentin avoue exercer ce métier avec passion : « Je travaille avec des viticulteurs intéressés, qui ont des besoins et des attentes auxquels nous nous devons de répondre. C’est en cela que c’est passionnant. »

Les GDV en bref

GEDV de l’Aisne (62 adhérents) – Vincent Naudé, président : « Nous devons produire des raisins de qualité en utilisant le moins d’intrants possible. Le groupe est une force pour y arriver tous ensemble. »

GDV de l’Aube (140 adhérents) – Vincent Martin, président : « Trouver des solutions dans le conseil pour apporter plus de résilience aux vignes et répondre aux exigences alimentaires et à la demande sociétale. »

GDV de la Marne (127 adhérents) – Jean-Pierre Vazart, président : « Le GDV est là pour accompagner les initiatives. Il encourage et influence les prises de décisions sur les exploitations. »